Real : L’après-Benzema est planifié, Mbappé royalement ignoré

Real : L’après-Benzema est planifié, Mbappé royalement ignoré

Icon Sport

Karim Benzema doit bientôt prolonger avec le Real Madrid jusqu’en 2024. Il laissera sa place à Erling Haaland par la suite. 

Présenté à l’unanimité comme le futur Ballon d’Or, Karim Benzema est le leader d’un Real Madrid qui renait sous le coupe de l’attaquant français. La victoire en Ligue des Champions est clairement un point d’orgue de KB9, qui ne semble pas atteint par le poids des années. A 34 ans, l’ancien lyonnais vole littéralement dans chaque match des Merengue, et Florentino Pérez le bichonne. Les discussions avancent pour sa prolongation, mais toujours rien n’a été signé pour Benzema, qui entre donc dans la dernière année de son contrat. L’idée du Real, et du joueur, est néanmoins de prolonger l’aventure ensemble jusqu’en juin 2024. A ce moment, le Tricolore aura 36 ans et il sera certainement temps pour lui de faire ses adieux alors qu’il sera encore dans l’un des meilleurs clubs su monde. Et pour le remplacer, le Real Madrid a déjà tout prévu. 

Haaland pour 150 millions d'euros, pas un sou de plus

Ce dimanche, AS dévoile que le plan de Florentino Pérez est tout simplement d’aller chercher un agnat-centre ardemment désiré et longtemps suivi par les Merengue. Non, il ne s’agit pas de Kylian Mbappé, mais de Erling Haaland. L’attaquant norvégien vient pourtant de signer à Manchester City, mais ses agents ont été élevés à l’école Mino Raiola, et ils ont apposé une clause précise à son contrat avec les Cityzens. En effet, en 2024, Haaland pourra être recruté pour quiconque mettra 150 millions d’euros sur la table. Une clause qui prendra donc effet à ce moment, et rendra possible son recrutement par le Real pour un prix jugé abordable pour le serial buteur norvégien. Surtout s’il continue sur la lancée de son début de carrière. Le but de le faire signer sera ensuite de lui réserver le fauteuil d’avant-centre titulaire à Madrid à la place d’un Karim Benzema qui aura terminé son dernier contrat. Un plan parfait sur le papier, même si la Casa Blanca est bien placée pour savoir que tout ne marche pas toujours comme sur des roulettes au mercato. Surtout avec une vision sur deux ans.