Esp : Que manigance l'UEFA avec le Barça ?

Esp : Que manigance l'UEFA avec le Barça ?

Icon Sport

A l’instar du Real Madrid et de la Juventus Turin, le FC Barcelone est un fervent défenseur de la création d’une SuperLigue européenne fermée.

Dans une interview accordée à la télévision espagnole il y a six jours, le président barcelonais Joan Laporta a défendu la SuperLigue, malgré le retrait officiel de huit clubs parmi les douze engagés initialement (Manchester United, Manchester City, Tottenham, Arsenal, Chelsea, Liverpool, Atlético de Madrid, Inter Milan). « Nous sommes ouverts à un dialogue avec l'UEFA. Je pense qu'il y aura une entente. Nous avons besoin de plus de ressources pour que ce soit un spectacle, les grands clubs contribuent beaucoup et il est absolument nécessaire qu'ils expriment leur opinion sur la répartition économique » confiait le patron du FC Barcelone, récemment élu par les Socios.

Une prise de position qui pourrait coûter cher au Barça puisque l’UEFA souhaite durement sanctionner les clubs frondeurs. Le Real, la Juve et Barcelone sont dans le viseur de l’instance européenne. Mais la radio catalane RAC 1 a dévoilé une information surprenante dans ce contexte de tensions entre Aleksander Ceferin et les dirigeants des clubs frondeurs. Le média croit savoir que le patron de l’UEFA a récemment diné en compagnie… de Joan Laporta, mais également de Gérard Piqué. L’objet de ce rendez-vous n’a pas fuité mais nul doute qu’il a été question de SuperLigue, de Ligue des Champions, de droits TV ou encore de redistribution entre les plus grands clubs européens et les plus modestes. Quoi qu’il en soit, ce rendez-vous secret intrigue au plus haut point, alors que l’UEFA souhaite prononcer au plus vite des sanctions à l’égard des clubs fondateurs de la SuperLigue, mais que le Barça ne semblait pas vraiment visé par cette potentielles sanctions à la base. Il avait pourtant été question d’exclure les clubs encore en lice en Ligue des Champions (Manchester City, le Real Madrid et Chelsea) avant que l’instance européenne ne fasse finalement machine arrière.