Omicron en Premier League : Les non-vaccinés vont vivre un enfer

Omicron en Premier League : Les non-vaccinés vont vivre un enfer

Les autorités anglaises ont tranché cette semaine, le sacro-saint Boxing Day est maintenu et les clubs de Premier League et des divisions inférieures sont invités à prendre toutes les mesures nécessaires pour que les matchs aient bien lieu.

Malgré cette nouvelle positive pour les suiveurs du football anglais, la réalité risque bien de rattraper tout le monde. Le nombre de cas de Covid se multiplie de manière folle, et sur la semaine glissante, ce sont près de 100 cas chez les joueurs de l’élite qui sont répertoriés. Il faut dire que la Premier League ne pouvait pas échapper par miracle à la nouvelle vague portée par le variant Omicron, qui déferle sur l’Angleterre. Pour le moment, le gouvernement assure que la situation est encore sous contrôle dans les hôpitaux, ce qui est bien évidemment le principal. Les clubs n’ont pour le moment pas le choix que de suivre ce calendrier très dense proposé aux fêtes de fin d’année, car les reports compliquent déjà sévèrement la donne pour 2022. Avec les effectifs amoindris par le Covid et les matchs qui s’empilent, les managers sont montés au créneau, à l’image de Jurgen Klopp (Liverpool) pour dénoncer un rythme qui va mettre les joueurs sur les rotules. Des allègement ont été prononcés, avec la fin des matchs aller-retour en Coupe de la Ligue, et la fin des replays en cas de match nul en Coupe d’Angleterre. 

Des mesures spéciales pour les non-vaccinés ? 

Mais comme réponse, les formations anglaises se sont vus rappeler qu’ils devaient tout mettre en oeuvre pour jouer les prochaines rencontres, quitte à prendre des décisions assez folles. En effet, les joueurs non-vaccinés, qui sont de l’ordre de 16 % dans le football anglais, sont pointés du doigt. Des propositions ont été effectuées pour que les joueurs non-vaccinés mangent à l’écart des vaccinés, prennent un autre moyen de transport, ou subissent des tests supplémentaires. Et le gouvernement met en place une directive qui les met à l’isolement pendant 10 jours en tant que cas-contact, même en cas de test négatif. Un véritable casse-tête pour les clubs, et des mesures qui ont aussi beaucoup de mal à passer dans la population. Boris Johnson, qui a finalement renoncé à un nouveau confinement,