Vente OL : John Textor est KO, Lyon le sait

Vente OL : John Textor est KO, Lyon le sait

Icon Sport

L'Olympique Lyonnais a mis un gros coup de pression à John Textor dans le dossier de la vente du club. Et à priori, l'homme d'affaires américain aura du mal à avoir le fameux document d'ici la deadline fixée à dimanche soir.

Si Jean-Michel Aulas avait passé le Mondial 2018 avec l’équipe de France en Russie, le président de l’Olympique Lyonnais n’a pas ce luxe en 2022, la vente d’OL Groupe étant probablement, et à juste titre, la seule préoccupation du dirigeant rhodanien. Il faut avouer que depuis qu’il a choisi John Textor pour racheter son club, le patron de Lyon constate que rien ne se passe comme il l’espérait. De report en report, la cession de l’OL s’éternise alors que tout semblait devoir se régler d’abord en septembre, puis en novembre. Mais vendredi, lassé de cette situation, OL Groupe a poliment tapé du poing sur la table en donnant jusqu’à dimanche minuit à John Textor et Eagle Football pour avancer concrètement, l’Olympique Lyonnais se donnant quelques heures de plus avant de trancher dans ce dossier. Une menace très claire, même si le candidat au rachat répétant que c’est la Premier League qui empêchait le deal de se finaliser en n’autorisant pas encore Eagle Football a intégrer les parts de John Textor dans Crystal Palace dans ses garanties de financement. Et le timing n’incite pas à l’optimisme.

Textor n'aura pas le feu vert d'ici dimanche minuit

Tandis que Le Progrès affirme que les réunions entre les deux parties sont incessantes depuis quelques jours et que du côté d’OL Groupe on commence à trouver le temps très long, L’Equipe est nettement moins optimiste concernant la possibilité pour John Textor de faire avancer les choses concrètement d’ici dimanche soir, ce dernier ayant reconnu que du côté de Crystal Palace, certains autres investisseurs n'étaient pas chaud à l'idée de voir le club londonien servir de caution. « Selon une source proche du club anglais, les chances que l’obstacle soit levé de façon imminente semblent minces », annonce le quotidien sportif, qui ne serait pas étonné que d’ici la fin de cette deadline fixée par OL Groupe un nouveau délai supplémentaire soir accordé à Eagle Football et à l’homme d’affaires américain, lequel n’a pas l’air de vouloir lâcher l’affaire comme cela. Reste à savoir si vouloir c’est pouvoir, et pour l’instant les faits donnent raison à ceux qui affirment que John Textor a vu trop gros en voulant s’offrir pour 800 millions d’euros l’Olympique Lyonnais.