OM : Dassier fracasse Vincent Labrune et veut son départ !

OM : Dassier fracasse Vincent Labrune et veut son départ !

Photo Icon Sport

Patron de l'Olympique de Marseille entre 2009 et 2011, et limogé par Vincent Labrune, Jean-Claude Dassier a la rancune tenace. Et ce mardi, l'ancien patron de l'OM, mis en examen en septembre dernier pour « abus de biens sociaux, association de malfaiteurs et faux et usage de faux » dans une affaire de transferts douteux, a décidé de dire tout ce qu'il pensait de l'actuel président du club phocéen. Alors que Vincent Labrune vit des heures difficiles, et l'a reconnu, Jean-Claude Dassier estime que ce dernier est enfin mis devant ses responsabilités et la réalité. Et il réclame son départ.

« Je ne suis pas le mieux placé pour parler de lui, mais je pense qu’il reçoit la leçon qu’il méritait depuis longtemps. À sa place, je serais déjà parti. Même au-delà des supporters, la relation entre les Marseillais et lui est rompue depuis longtemps. Je crois même que le maire, Jean-Claude Gaudin, devrait s’exprimer. Honnêtement, cela donne de Marseille une image catastrophique, calamiteuse. Cette ville n’a pas besoin de ça, il y a déjà assez de fusillades dans le Nord de la cité pour ne pas avoir besoin d’incidents aussi graves que ceux de dimanche soir. L’heure est venue de prendre des décisions importantes pour l’avenir de ce club. MLD est la patronne, c’est à elle de nous dire ce qu’elle veut faire de l’Olympique de Marseille. Encore une fois, il me semble qu’avec l’équipe actuelle, c’est fini. Et ça l’est déjà depuis un certain temps. Si Madame Louis-Dreyfus veut garder le club, elle doit investir. On ne peut pas laisser l’OM dans la situation qui est la sienne aujourd’hui. Ce qui ne veut pas dire que j’approuve l’attitude des supporters ou en tout cas de ceux qui, dimanche soir, se sont comportés avec violence. Il y a quand même des limites, ce n’est que du football ! », confie, dans La Provence, Jean-Claude Dassier, à qui Vincent Labrune a souvent reproché d’avoir fait n’importe quoi avec les finances de l’Olympique de Marseille. Mais visiblement la revanche est un plat qui se mange froid.