FCGB : Après les ultras, Costil en veut aussi à Guion

FCGB : Après les ultras, Costil en veut aussi à Guion

Accusé de racisme par les Ultramarines, Benoît Costil n’est pas épargné après son retour de blessure. Le gardien des Girondins était resté éloigné des terrains pendant deux mois. Une période écourtée que le portier a de quoi regretter.

Non convoqué en équipe de France, Benoît Costil était pourtant absent lors du match amical remporté contre le Deportivo Alavés (2-1) ce vendredi. Aucune blessure n’est pas à signaler pur le gardien de Bordeaux qui a simplement été ménagé pendant cette période compliquée. Pour rappel, l’ancien capitaine des Girondins a été accusé de racisme par les Ultramarines pendant la défaite à domicile contre Montpellier (0-2) dimanche dernier. Depuis, le groupe de supporters a confirmé sa version, tandis que Benoît Costil a porté plainte pour diffamation.

Mais l’association n’est pas la seule dans le viseur du dernier rempart. D’après Frédéric Roux, qui a aidé le gardien bordelais pendant son absence de deux mois, Benoît Costil aurait préféré attendre avant de reprendre la compétition le week-end dernier. « Mentalement, Benoît est prêt. Il a toujours été prêt. Cela fait cinq ans qu’il est au club et il a toujours tout donné pour ces couleurs, a assuré l’ancien gardien des Marine et Blanc sur ARL. Concernant sa blessure, il aurait aimé avoir plus de temps pour revenir. »

« Quand on est gardien et à l’arrêt pendant deux mois, il faut retrouver ses repères, a expliqué Frédéric Roux. Il a été pris de court. Vous pouvez compter sur Benoît pour être fin prêt pour sauver le club. Après les événements de dimanche, je sais qu’il était très marqué. Je ne peux pas vous dire dans quel état d’esprit il est aujourd'hui. Se faire insulter par ses propres supporters, ça fait mal. C’est humain. (...) Ce n'est pas rendre service au club, ni comme ça que l'on va avancer. » Le gardien numéro 2 Gaëtan Poussin étant suspendu, le coach David Guion et son staff ont visiblement accéléré le retour de Benoît Costil, qui n’aurait pas dû jouer cette fameuse rencontre.