Bordeaux : Gérard Lopez lâché par ses « amis » influenceurs

Bordeaux : Gérard Lopez lâché par ses « amis » influenceurs

Icon Sport

En cas de victoire de l'AS Saint-Etienne ce mercredi soir à Nice, les Girondins de Bordeaux seront officiellement relégués en Ligue 2. La situation se tend pour Gérard Lopez.

L’un des clubs les plus emblématiques du Championnat de France est au bord du précipice, et il se pourrait que ce soit une autre équipe légendaire qui le pousse vers la Ligue 2. En effet, un succès stéphanois à l’Allianz Riviera, et le dossier sera bouclé, Bordeaux jouera en L2 la saison prochaine, du moins si les actuels propriétaires n’abandonnent pas le club et l’envoient encore plus bas. L’heure se rapproche pour le grand déballage, et si jusqu’à aujourd’hui Gérard Lopez n’a pas encore été trop chahuté, cela commence à sentir mauvais pour lui.

Déjà dans le dur en Belgique, où le club qu’il possède, Mouscron, a été rétrogradé au niveau amateur en raison de problèmes financiers, l’homme d’affaires a perdu le soutien de ceux qu’il avait réussi à se mettre dans la poche l’été dernier. Au moment de reprendre les Girondins de Bordeaux, et fort de son expérience à Lille, Gérard Lopez avait noué des relations très amicales avec le leader des Ultramarines 87 et avec un influenceur, lequel l’avait personnellement contacté pour qu’il rachète le club au scapulaire.

Gérard Lopez abandonné par Bordeaux ?

Mais le naufrage se profilant, les choses évoluent rapidement et Gérard Lopez a perdu le soutien de ces deux personnes très écoutées. Diabate33, qui avait pris contact avec l’ancien patron du LOSC pour lui demander de venir reprendre Bordeaux, et avait ensuite eu des réunions avec ce dernier, pointe du doigt les erreurs de Lopez : « Les erreurs de Gérard Lopez : Pas de président délégué, Admar Lopes pas assez agressif et expérimenté pour un rôle de DS, un effectif trop hétéroclite, Maintenir la confiance à des joueurs d’expérience pas à la hauteur, Le choix des coachs et staff ». De son côté, Florian Brunet, patron des Ultramarines, et qui avait été attaqué pour sa grande proximité avec Gérard Lopez, a demandé à ce que le « procès » de Gérard Lopez soit fait une fois que la saison sera bouclée et la descente entérinée, ou pas. « Cette liste est non exhaustive et nous comptons bien étudier, évidemment, en profondeur les dysfonctionnements, les grosses erreurs et les promesses non tenues ou pas tenues complètement. Mais avant d’ouvrir la page de la reconstruction, fermons d’abord celle de la relégation », a lancé le responsable des Ultras.

En attendant, Romain Molina, qui dès l’été dernier avait prévenu que la venue de Gérard Lopez à Bordeaux n’était pas une bonne chose et que ce dernier avait finement joué en se mettant des « influenceurs » dans la poche, tire le signal d’alarme : « Ça sent le sapin pour Gerard Lopez à Bordeaux (Fortress a compris certaines choses et certains chiffres dira-t-on). Ce qui ne signifie pas forcément un dépôt de bilan pour ceux s'inquiétant. »