Bordeaux : De Tavernost accuse toujours l'OL d'un « vol » en Ligue des champions

Bordeaux : De Tavernost accuse toujours l'OL d'un « vol » en Ligue des champions

Photo Icon Sport

Quel est le pire souvenir de Nicolas de Tavernost à la tête des Girondins ? Le futur ex-propriétaire de Bordeaux a déterré un fameux match européen de 2010.

Actionnaire du club au scapulaire depuis 1999, Nicolas de Tavernost s'apprête à laisser sa place à Joseph DaGrosa, en validant la vente du FCGB à GACP au cours des prochains jours. Mais avant de quitter difficilement le navire girondin, en faisant « en sorte que la transition avec le repreneur américain se passe du mieux possible », NdT est revenu sur les moments marquants de sa présidence. Et dans ses pires souvenirs à la tête des Marine et Blanc, le boss de M6 pense forcément au quart de finale de la Ligue des Champions perdu contre l'OL en 2010 (1-3 à l'aller, 1-0 au retour). Dans ce match au sommet, le but du 3-1 marqué par Lisandro à Gerland, obtenu sur un penalty consécutif à une main involontaire de Chalmé, ne passe toujours pas chez De Tavernost, alors que Ciani et Trémoulinas avaient tout de même offert deux buts aux Gones auparavant.

« Mes souvenirs marquants ? On ne retient pas qu'un seul moment de 19 années... Mais, quand même, je retiens peut-être notre victoire à Caen, en 2009, pour le titre. Et celle contre le Bayern Munich, en Ligue des Champions. Voilà, ces deux moments. Mais il y a aussi eu des moments difficiles, comme quand on nous a volé le match à Lyon, en quart de finale de Ligue des Champions 2010... Alors on va essayer de ne garder que les très beaux moments. Mais l'aventure avec Bordeaux, déjà elle n'est pas finie à titre personnel, et puis on va quand même regarder ce qui se passe après nous. Bordeaux est un grand club, qui a résisté à beaucoup de choses, et notamment à nous, car notre transfert, en 99, il n'était pas évident. Et aujourd'hui, on pense que les repreneurs américains sont des gens à même de réussir », a expliqué, sur GOLD FM, De Tavernost, qui ne gardera donc pas un bon souvenir de ses confrontations avec Jean-Michel Aulas, alors que le président de l'OL était plus ou moins content d'offrir un joli cadeau d'adieu au FCGB version M6 avec un dernier nul à Lyon samedi (1-1).