Humilié, le clan Griezmann n’oublie rien !

Humilié, le clan Griezmann n’oublie rien !

La France continue son incroyable série en Coupe du monde, avec une nouvelle finale quatre ans après la victoire en Russie. Antoine Griezmann, dans un style totalement différent de 2018, fait l'unanimité et savoure sa revanche sur ceux qui le mettaient dehors. 

L’équipe de France est qualifiée pour la finale de la Coupe du monde, et ce pour la deuxième fois consécutivement, et la quatrième fois de son histoire. Sur les sept dernières compétitions, cette réussite épate et provoque le respect pour des Tricolores souvent classés avant cela comme une belle équipe mais incapable d’avoir ce qu’il faut pour gagner les grands matchs. Même si sortir la Pologne, l’Angleterre et le Maroc ne représente pas un parcours étourdissant, les résultats sont là pour montrer que les Bleus ne tombent pas dans les pièges. Et ce malgré les absences de taille dans l’effectif. 

Griezmann indispensable, il est partout !

Moins forte offensivement sans Karim Benzema, moins solide et créative au milieu sans Paul Pogba et N’Golo Kanté, l’équipe de France peut toutefois s’appuyer sur un joueur qui fait le lien entre ces deux secteurs. Il s’agit d’Antoine Griezmann, souvent considéré comme le leader technique de l’équipe de Didier Deschamps, mais qui en est aussi le patron en terme d’investissement et de volonté. A l’image de ses matchs précédents, sa partition contre le Maroc a été incroyable de précision, sans compter qu’il n’était pas le dernier à revenir dans sa surface pour éteindre les incendies quand c’était nécessaire. 

Une performance unanimement saluée, que ce soit par les suiveurs, les journalistes, les adversaires et les passionnés sur les réseaux. Elu homme du match, le joueur de l’Atlético de Madrid a savouré cette mise en avant et ces bons résultats, même s’il est déjà concentré sur la finale face à l’Argentine. « J’étais en pleurs il y a quatre ans après la Belgique donc l’émotion n’est pas la même. En fait, je suis déjà concentré, la tête à dimanche pour la finale. Faut bien récupérer pour dimanche. L’Argentine c’est une équipe un peu comme nous, avec un joueur très fort, faut gagner », a promis Antoine Griezmann, qui a beaucoup muri et traversé beaucoup d’épreuves ces dernières années, mais semble, comme beaucoup, retrouver la plénitude de ses moyens dès qu’il enfile le maillot tricolore.  

En tout cas, son niveau de jeu donne un énorme espoir à l’équipe de France, tant il est le maitre à jouer des Bleus depuis le début de son aventure au Qatar. C’est dire le chemin parcouru, car son frère, toujours très présent dans sa carrière, a pris la parole sur les réseaux sociaux pour rappeler les critiques qui tombaient contre « Grizi » au lancement de la Coupe du monde. Remplaçant à l’Atlético, moins inspiré offensivement, largué par le Barça, Griezmann avait perdu de sa superbe et se prenait les critiques de pleine face. 

Le frère de Griezmann se lâche

« Quand je revois les tweets, Griezmann sur le banc au début de la world cup …. Mon dieu », a livré Théo Griezmann, qui en avait visiblement gros sur la patate en voyant son frère être mis sur le bucher avant le début de la Coupe du monde. Son renouveau, lié aussi au changement tactique prôné par un Didier Deschamps qui n’a jamais lâché son talentueux gaucher, met en effet un terme au débat sur la présence de Griezmann dans le 11 de départ des Bleus pour la finale. Vue sa forme actuelle et son importance technique et également tactique dans le positionnement, c’est même plus que jamais l’un des tauliers de l’équipe de France qui cherchera à décrocher la troisième étoile ce dimanche à Lusail.