EdF : Pogba, Tolisso, les chiffres accablants des Bleus

EdF : Pogba, Tolisso, les chiffres accablants des Bleus

Didier Deschamps cherche encore la bonne formule pour l’équipe de France à cet Euro.

Le sélectionneur national a déjà tenté plusieurs combinaisons, soit en choix tactique ou en décision individuelle, sans parvenir à retrouver l’alchimie de la rencontre face à l’Allemagne. Contre le Portugal, le milieu de terrain a clairement souffert. Corentin Tolisso n’a pas donné satisfaction à droite, semblant totalement perdu et incapable de distribuer le jeu comme il aime le faire. De son côté, Paul Pogba a perdu beaucoup de ballons, et s’est empêtré dans des actions loin de son but avant de monter d’un cran, et de faire étalage de toute sa classe dans le jeu vers l’avant. Des balbutiements confirmés par des chiffres très inhabituels au sein de l’équipe de France. Ainsi, Pogba et Tolisso affichent un taux de duel remporté contre le Portugal qui veut dire beaucoup. Pour l’ancien lyonnais, il n’y a eu que 16,7 % de duels remportés, tandis que cela tombe à 14,3 % pour La Pioche. S’il faut bien sûr se méfier des chiffres bruts, voir autant de ballon leur échapper est tout de même significatif. 

Au point de forcer Didier Deschamps à encore remodeler son équipe, surtout que le problème du latéral gauche peut avoir ses conséquences, avec Adrien Rabiot ou Presnsel Kimpembe en pansement d'urgence. De l'autre côté, la solution en attaque pourrait venir de Kinglsey Coman, qui semble en mesure d’être titularisé à droite, quitte à déroger aux habitudes de Didier Deschamps, qui s’est quasiment toujours refusé de mettre quatre joueurs à vocation offensive. Mais quand on voit le travail défensif que réalise de plus en plus souvent l’ailier français, associé à celui d’Antoine Griezmann, le sélectionneur national pourrait se laisser tenter par cette option plus offensive contre la Suisse. Avant de revenir à une composition plus prudente en quarts de finale, si les Bleus venaient à passer l’obstacle helvète. C’est une possibilité que le coach des champions du monde garde certainement dans un coin de sa tête.