EdF : Le vilain petit Rabiot répond à ses accusateurs

EdF : Le vilain petit Rabiot répond à ses accusateurs

Icon Sport

Quatre ans après avoir refusé d'être suppléant avant le Mondial 2018, Adrien Rabiot a été étincelant contre l'Australie en relançant l'équipe de France qui avait été mise KO. Une douce revanche pour le Duc.

Adrien Rabiot le sait, nombreux sont ceux en France qui n’ont jamais digéré sa décision de déchirer la demande de se mettre en position de suppléant en mai 2018 alors que Didier Deschamps venait de communiquer sa liste des joueurs retenus pour aller en Russie jouer le Mondial. Il avait justifié cette attitude en affirmant que ce rôle de suppléant n’avait aucune logique sportive compte tenu de ses performances cette saison-là. « Il a fait une énorme erreur. J’ose espérer qu’à travers des décisions comme celle-là, ça lui permettra de mûrir, de réfléchir. On se doit d’être professionnels en toutes circonstances. J’en prends acte, je ne vais pas vous dire que ça me fait plaisir, mais je ne vais pas en faire des histoires pendant des jours », avait alors expliqué le coach tricolore. Le milieu de terrain, alors au Paris Saint-Germain, l’avait payé de quelques matchs de mise au placard chez les Bleus, avant que finalement le sélectionneur national ne lui pardonne et le convoque à nouveau. Et quatre ans plus tard, Didier Deschamps et Adrien Rabiot ne doivent clairement rien regretter compte tenu de la copie rendue mardi soir contre l’Australie par le milieu de terrain de la Juventus.

Alors que les Bleus avaient entamé de la pire des manières leur match, et qu’ils étaient sous le double choc du but encaissé et de la  grave blessure de Lucas Hernandez, c’est Adrien Rabiot et personne d’autre qui a sonné la révolte. D’abord en égalisant, puis en donnant un caviar à Olivier Giroud. Eblouissant en première période, celui que l’on surnomme Le Duc s’est transformé en roi en l’espace de quelques minutes. Et au lendemain de la victoire finalement facile de l’équipe de France, Adrien Rabiot doit se régaler en lisant les commentaires à son sujet. « Je veux surtout insister sur la prestation d’Adrien (Rabiot). Il est pour moi l’homme du match. Il nous a réveillés avec son but, puis ce pressing à l’origine du deuxième. Il nous a remis sur le droit chemin à un moment important. Il s’est montré consistant, régulier, a perdu peu de ballons », explique ainsi, dans Le Parisien, Robert Pirès.

Adrien Rabiot fait le bonheur de tout le monde

Et le champion du monde 98 n’est pas le seul à confier son plaisir de voir le joueur de la Juventus évoluer à un tel niveau. « Pendant les vingt premières minutes, il n'y avait pas assez de joueurs français à l'intérieur du bloc adverse, Adrien Rabiot l'a senti, il est venu toucher beaucoup de ballons plus haut, pour fixer les Australiens, élargir le jeu vers Dembélé ou Mbappé, les joueurs d'accélération indispensables pour déséquilibrer l’adversaire », constate, dans L’Equipe, Franck Haise, l’entraîneur du RC Lens.

Sur les réseaux sociaux, où les critiques ont souvent été très virulentes, et injustes, contre Adrien Rabiot, le ton était cette fois plus courtois. « Rabiot, Emile Zola a dit j’accuse, moi je dis je m’excuse », « Première fois de ma vie que j'ai plus le droit de détester Rabiot je suis sonné sah », « Adrien Rabiot c’est énorme le pressing et la passe pour Giroud. C’est ce Rabiot méchant et altruiste qu’on veut voir en EDF », « Merci Rabiot, on pardonne ta daronne pour toutes les fois où elle a été casse couille », « Nous sommes désormais l'équipe de France d'Adrien Rabiot ». Les commentaires sont unanimement élogieux à destination du milieu de terrain de la France et de la Juventus. Il faut le voir pour le croire.