Montanier s’interroge sur une L1 sous surveillance-vidéo

Montanier s’interroge sur une L1 sous surveillance-vidéo

Photo Icon Sport

Les récentes décisions de la commission de discipline à l’encontre de Dimitri Payet et Zlatan Ibrahimovic ont provoqué une réaction inattendue, avec le boycott de Canal+ annoncé par l’OM et le PSG. La chaine cryptée, qui se ballade un peu partout avec ses caméras, a en effet lancé la polémique en captant des moments d’énervement à la fin des matchs, ce qui arrive sur tous les terrains du monde. Mais la LFP a frappé fort, et cela pourrait tourner à l’obsession à l’heure où la moindre réaction sera épiée. Pour Philippe Montanier, passé par la Liga avant de rejoindre Rennes, cela fait une sacrée différence avec l’Espagne, où les caméras s’arrêtent au terrain. 

« Désormais, on est extrêmement méfiants. Quand on va aux toilettes, on regarde s’il n’y a pas de caméras en train de nous filmer. Ça me change de l’Espagne, où personne n’a le droit de circuler dans les couloirs ni dans les vestiaires. Je ne suis pas sûr qu’il y ait besoin d’avoir des caméras partout pour rendre les matches attrayants. Je ne dis pas qu’il faut boycotter, je dis aussi que certaines chaînes sans foot, ça ferait drôle. On peut faire de bonnes émissions sans lire sur les lèvres ou sans mettre de micros partout », a expliqué l’entraineur du Stade Rennais, pourtant bien placé pour savoir que les émissions de télé ou de radio en Espagne décortiquent les moindres faits et gestes des joueurs, même si cela se joue principalement sur le terrain. 

Share