Bordeaux : Recruté au mercato, il avoue ne pas être bon

Bordeaux : Recruté au mercato, il avoue ne pas être bon

Photo Icon Sport

Prêté par Troyes à Bordeaux le 31 janvier dernier, lors du mercato d'hiver, Paul Bernardoni a été définitivement transféré chez les Girondins durant l'été. Mais, le moins que l'on puisse dire est que le gardien de but censé concurrencer Cédric Carrasso et Jérôme Prior n'a pas convaincu. Agé de 19 ans, Paul Bernardoni est bien conscient d'avoir déçu et invité de Gold FM, il estime qu'il doit très franchement améliorer son jeu pour ne plus faire douter les Girondins de Bordeaux sur son véritable niveau.

« C’est compliqué pour moi à Bordeaux et je le reconnais. Dans une carrière de footballeur, on passe tous par des moments plus compliqués, des périodes négatives, mais avec le travail, le fait de ne jamais rien lâcher, les choses finiront par aller mieux. Quand je suis arrivé, c’était délicat pour moi, je ne pouvais pas refuser. Déjà parce que c’est Bordeaux, c’est un grand club, une progression, et il y avait des paramètres extérieurs, vis-à-vis de l’ESTAC qui était en difficulté financière. Mais j’assume totalement ce choix, j’ai énormément grandi en 6 mois ici. Avec mes prestations qui n’étaient pas bonnes et mon vécu à Bordeaux je sens que j’ai mûri. J’ai dû faire un grand saut en quittant Troyes, même si j’avais déjà dû quitter ma famille très jeune, donc il y a eu du bon et du moins bon. Je ne dois pas avoir de regrets, continuer à travailler, et ça reviendra. Il n’y a aucune raison que ça ne revienne pas. Bien sûr, dans ces cas là, on peut se dire qu’on n’aurait pas dû venir, car à Troyes tout était bien pour moi et qu’à Bordeaux les choses se déroulent moins bien, mais après on réfléchit. On se dit que ça servira forcément et que c’est préférable de vivre ma situation à 19 ans qu’à 30 ans », a confié Paul Bernardoni, qui sait que la concurrence est rude au sein du club au scapulaire et que forcément il doit franchir des paliers cette saison sous peine de devoir envisager un avenir ailleurs qu'à Bordeaux.

Share