TV : Les 3 idées d'Amazon pour son prix d'abonnement

TV : Les 3 idées d'Amazon pour son prix d'abonnement

C'est la semaine prochaine qu'Amazon devrait faire connaître son offre et ses programmes concernant la diffusion de la Ligue 1 et de la Ligue 2 dont la firme a acheté les droits. Le géant de l'e-commerce doit trancher entre trois solutions.

A deux semaines du début de la saison de Ligue 2, Amazon va devoir dévoiler ses cartes, car c’est ce championnat qui lancera le nouveau contrat des droits TV signé par la Ligue de Football Professionnel avec l’une des plus grosses entreprises du monde. Si les amateurs de foot sont impatients de savoir qui seront les journalistes et les consultants de Prime Vidéo, ou comment recevoir la chaîne, ils sont surtout pressés de connaître le tarif d’abonnement pour regarder la Ligue 1 et la Ligue 2 la saison prochaine, ou du moins 80% de ces championnats, puisque BeInSports a conservé deux matchs de L1 et deux matchs de L2. A quelques jours de la présentation de ses offres, Amazon a encore trois possibilités sur la table, mais l’heure du choix a désormais sonné pour Alex Green, le grand patron d’Amazon Prime Video Sport en Europe.

Selon Benoît Berthelot, journaliste pour le magazine économique Capital, Amazon hésite encore, mais quoi qu’il en soit le géant américain ne va pas matraquer les supporters. « Toutes les options sont donc encore sur la table : une diffusion couplée à l’abonnement Prime Video actuel (49 euros par an ou 5,99 euros par mois), une augmentation du prix de cet abonnement de l’ordre de 3 euros par mois, voire un système de paiement à la demande (pay per view) permettant aux abonnés d’acheter les matchs de leur équipe favorite. Une chose est sûre : grâce à son modèle économique circulaire, qui ne l’oblige pas à rentabiliser immédiatement son investissement via le seul prix des abonnements, Amazon devrait pouvoir offrir aux supporters une offre plus avantageuse que ce qu’ils ont connu par le passé », explique le journaliste, qui précise que Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, qui vient de passer la main à la tête de la société, a pesé de tout son poids dans l’accord avec la LFP.