TV : Le deal que la LFP rêve de trouver avec Canal et BeIN

TV : Le deal que la LFP rêve de trouver avec Canal et BeIN

Photo Icon Sport

10 jours après l’annonce choc de Médiapro de sa volonté de renégocier à la baisse la facture des droits TV, le football français est encore sous le choc.

Et pourtant, il ne faut pas perdre de temps, car début novembre, la chaine Téléfoot pourrait bien perdre les droits de diffuser les matchs de Ligue 1 et de Ligue 2 si la procédure suit rapidement son cours. Résultat, la LFP doit travailler sur tous les scénarios possibles afin de ne pas laisser tout le monde à quai et Vincent Labrune s’est activé sur plusieurs dossiers. Tout d’abord, trouver un prêt pour alimenter les clubs par rapport à l’échéance qui n’a pas été payée. Ensuite, attaquer Médiapro pour éviter de perdre du temps et dénoncer le contrat si besoin est. Enfin et surtout, trouver un nouveau diffuseur pour le football professionnel français, sans perdre trop au change. Et ce sera certainement la partie la plus délicate. Chez les médias traditionnels, Canal+ et BeIN Sports ne se font plus la guerre comme il y a quelques années, et leur position de force va forcément faire revoir le montant à la baisse. L’idée n’est pas de mettre le football français à genoux, mais impossible d’imaginer les deux diffuseurs surpayer. C’est pourquoi, selon Christophe Lepetit, responsable des études économiques et des partenariats au CDES de Limoges interrogé par France Football, un accord pourrait se faire sur une base élevée, qui baisserait ensuite largement.

Concrètement, le deal obligerait Canal+ et BeIN Sports à maintenir le montant actuel conclu avec Médiapro afin de ne pas mettre les clubs sur la paille. Pour ensuite baisser régulièrement ce montant sur les trois prochaines, quand les clubs modifieront leur politique financière en connaissance de cause. Une demande osée, et qui ferait débourser beaucoup d’argent à Canal+ et BeIN, alors que ce n’est pas particulièrement prévu dans leur budget. Mais en cas de frilosité, le risque est aussi de pousser la LFP à possiblement diffuser son propre contenu via une plate-forme montée pour l’occasion, ou bien à solliciter les GAFA. Amazon a par exemple prouvé que tenter des coups pour diffuser des matchs de grands championnats ne lui faisait pas peur. Récemment, la société de Jeff Bezos a récupéré des rencontres de Premier League pour les diffuser gratuitement sur Amazon Prime ou sur Twitch, et habituer ainsi le public à voir les matchs sur d’autres canaux. La Ligue 1 pourrait donc aussi représenter un laboratoire intéressant pour les GAFA à ce niveau.