TV : La LFP négocie une nouveauté avec Amazon et Canal+

TV : La LFP négocie une nouveauté avec Amazon et Canal+

Après le but exceptionnel du Stéphanois Wahbi Khazri le week-end dernier, la Ligue de Football Professionnel avait rapidement bloqué la diffusion des images sur les réseaux sociaux. Mais des discussions en cours avec tous les diffuseurs de la Ligue 1 pourraient changer la donne.

C’est certain, le lob de 68 mètres signé Wahbi Khazri à Metz aurait fait une belle publicité à la Ligue 1 samedi dernier, du moins si la Ligue de Football Professionnel n’avait pas bloqué la diffusion des images sur les réseaux sociaux. « Je suis sûr que si, dès le samedi du but, la vidéo officielle était sortie via Free, Amazon ou la Ligue, on en serait à plusieurs millions de vues, a imaginé l’économiste du sport Pierre Rondeau, contacté par le quotidien Le Parisien. Et là pour Uber Eats, les sponsors des clubs, les sponsors autour du terrain, c’est tout bénef. »

Des discussions avec Amazon et Canal+

De son côté, la LFP s’est défendue via RMC en assurant qu’elle luttait « contre le piratage pour préserver les droits acquis par les détenteurs de droits en France et à l’international ». Et qu’elle respectait « des accords avec des diffuseurs dans le monde entier ». Sa justification n’a pourtant pas suffi pour calmer les critiques. On peut même parler d’une véritable polémique sur la toile. C’est pourquoi Free Ligue 1, diffuseurs d’images via son application, a sollicité l’autorisation de retransmettre les buts sur ses réseaux sociaux. Selon les informations du journal, l’instance n’y voit pas d’inconvénient. Mais la Ligue doit obtenir l’accord des autres diffuseurs Amazon et Canal+, que l’on sait en conflit avec le football français.

Free veut promouvoir la L1

Pas sûr que la chaîne cryptée facilite l’accord souhaité par Free. « Nous souhaitons ouvrir les séquences sur lesquelles nous ne monétisons pas, dont l’ensemble les buts (disponibles gratuitement sur l’application Free Ligue 1, sans abonnement, contrairement au reste des extraits en quasi-direct), au plus grand nombre car nous pensons que ça peut être un outil de promotion et de notoriété à la fois de Free Ligue 1 et du championnat. On a un championnat cette année dont on est fier, les équipes jouent bien, font des résultats en Coupes d’Europe, c’est le bon moment pour mettre un coup de projecteur sur le championnat », a argumenté Frédéric Goyon de Free, en attendant la réponse définitive.