Supporters : Le ras-le-bol des joueurs, ils prennent la parole

Supporters : Le ras-le-bol des joueurs, ils prennent la parole

Les incidents se multiplient dans le championnat de France, les joueurs commencent à en avoir marre. 

Des nouvelles stars, un jeu plus spectaculaire, des outsiders qui ont mis les moyens pour se renforcer, la Ligue 1 a pris un joli tournant cet été et cela se voit sur les premières journées de championnat. Malheureusement, tout est en train d’être gâché par ce qui se passe dans les tribunes. Dans la presse anglaise ou espagnole, il est désormais souvent question de la Ligue 1, mais au moins autant pour le PSG de Messi, que pour les violences entre les supporters. Rien que ce mercredi soir, trois incidents sérieux ont été déplorés. A Montpellier, le bus des supporters de Bordeaux a été violemment attaqué, avec des blessés. A Metz, des supporters sont entrés sur la pelouse pour tenter de s’approcher de ceux du PSG. A Angers, c’est allé beaucoup plus loin, puisqu’un règlement de comptes géant a eu lieu sur la pelouse avec les fans de l'OM pendant quelques minutes. A Nice, à Lens, à Monaco, des débordements ont déjà eu lieu cette saison. 

Interdictions de déplacement à la pelle

Des évènements qui provoquent le désarroi des clubs et surtout leur impuissance. Ils subissent les sanctions sans parvenir à faire le tri chez leurs propres supporters, qu’ils brossent parfois dans le sens du poil en même temps. Quant aux forces de l’ordre, elles interviennent en général en derniers recours, et les quelques arrestations puis condamnations ne suffisent visiblement pas à faire réfléchir les autres. Les interdictions de déplacement risquent de se multiplier, mais désormais, des voix se font entendre pour interdire purement et simplement tout déplacement de supporters, et tant pis pour ceux qui n’ont rien fait. 

Une solution simple et radicale qui fera économiser du temps, de l’argent, des blessés et des mobilisations policières, comme le résume Daniel Riolo. « On est dans un climat de violence extrême en France. Je pense que là, il ne faut plus tergiverser, il faut interdire les déplacements. Et on arrête les commissions. Les réunions avec tous les supporters, ils ne le méritent pas, ils ne veulent pas. Le déplacement, tu l’interdis. On dit stop, c’est terminé. Il y en a de trop. Oui, il y a des déplacements où ça se passe bien, mais il y a trop de dérives. Les mecs qui se déplacent sans histoire, ils vont se faire agresser de toute façon. Chacun chez soi. Les flics qui en prennent déjà dans la gueule toute la journée, il faut en plus leur demander de gérer les supporters en déplacement. Mais tu es le Préfet, tu signes direct l’interdiction. Les flics travaillent énormément, ils vont pas intervenir dans ce délire, il faut les soulager. Les supporters, ils viennent pour s’exciter, si tu leur donnes une raison en moins, ils vont peut-être se calmer », a argumenté le polémiste de RMC, persuadé que le football français est obligé de taper fort pour contrer cette dérive. Et ce sera fait avec les pouvoirs publics, qui pourraient rapidement interdire quasiment tous les déplacements en France. 

Les joueurs sont impactés

En tout cas, ces dérapages à répétition dans les stades français font aussi réagir au sein des joueurs. Jusque-là très discret, tant il est de mauvais goût d’avoir les supporters dans le collimateur, les acteurs principaux commencent à évoquer leur ras-le-bol. Trop de débordements et des conditions de jeu qui peuvent devenir compliqué si cela devient une habitude. L’OM devra rejouer contre Nice, Lens et Lille ont attendu 40 minutes avant de reprendre, les joueurs ont impactés. Cela ne va pas dans le bon sens pour Pierrick Cappelle, le milieu de terrain d’Angers qui a bien vu que cela avait secoué au stade Raymond-Kopa. 

« On a vu sur les réseaux. Il y a eu un débordement. On a l'impression que c'est un peu dans l'air du temps. Les supporters se permettent de faire pas mal de choses. Des débordements comme ça, ce n'est pas tolérable. C'est dommageable parce qu'on n'est pas là pour ça. On est heureux de retrouver tous les supporters, que ce soit les nôtres ou ceux qui viennent des clubs adverses pour mettre de l'ambiance, parce que c'est le foot. Mais il faut qu'ils arrivent à comprendre aussi qu'ils doivent rester à leur place », a livré Pierrick Cappelle, pour qui le retour des fans dans les stades était une très bonne nouvelle, mais pourrait vite devenir infernal.