L1 : La Ligue 1 à 22 ou ce sera la grève du foot !

L1 : La Ligue 1 à 22 ou ce sera la grève du foot !

Photo Icon Sport

Au lendemain de l'appel d'Amiens pour une Ligue 1 à 22 clubs, choix qui va faire l'objet d'un recours en justice, la menace d'une grève est lancée. Il ne manquait plus que ça.

La saison 2019-2020 de Ligue 1 étant terminée, ou du moins semblant l’être, le calme n’est pas revenu dans le football français, bien au contraire. Tandis que Jean-Michel Aulas espère toujours un revirement contraint de la Ligue de Football Professionnel, c’est le club d’Amiens qui ouvre un nouveau front judiciaire en réclamant que la L1 passe à 22 clubs la saison prochaine afin que l’ASC et le TFC soient maintenus. Le président du club picard a rappelé l’impact d’une relégation, et estime que cette dernière n’ayant pas été réellement validée par des résultats sportifs, elle n’est pas logique. Dans ce combat, et après la signature par le président de Lyon de la pétition d’Amiens, tout en précisant qu’il n’était pas pour une Ligue 1 à 22, c’est Antoine Kombouaré, actuellement sans poste, qui lance ce dimanche un appel dans L’Equipe.

Pour l’ancien entraîneur de Toulouse, il faut que les footballeurs et les entraîneurs menacent de faire grève pour obtenir cette fameuse Ligue 1 à 22. « Je veux lancer un appel à ma corporation, à mes amis entraîneurs, aux joueurs. Ce qui se passe actuellement, la relégation de Toulouse et Amiens, constitue une profonde injustice. Le foot a l’occasion unique de faire preuve d’humanité et de solidarité mais aussi de bon sens et de courage. C’est le moment de montrer une autre image et d’arrêter de penser à sa gueule (...) Quand tu descends parce que sportivement tu n’as pas fait le travail, il n’y a pas à discuter. Mais là, il restait 30 points à prendre et les règlements ne prévoient pas un arrêt dans ces conditions. Ce sont nos amis, nos frères avec qui on a joué qui sont touchés. On est une famille et on se tend la main quand l’un souffre (...) Il faut mener une action. Que les joueurs et les entraîneurs se mettent d’accord pour faire grève en début de saison prochaine si ça n’évolue pas. Les capitaines doivent se réunir et adopter une position commune avec un message clair : “Si on n’est pas 22, on ne débute pas.” », explique Antoine Kombouaré, qui annonce avoir déjà reçu le soutien d’autres entraîneurs et qui se défend de prendre cette position parce que son fils est salarié d'Amiens.