Covid-19 : Se faire vacciner au Vélodrome, quelle chance

Covid-19 : Se faire vacciner au Vélodrome, quelle chance

Les stades de France vont bientôt ouvrir en nombre pour accueillir des grands centres de vaccination. Le Stade Vélodrome montre l'exemple.

C’est un tournant attendu dans la course à la vaccination en France. Actuellement, les doses manquent pour faire accélérer les choses et lutter activement contre la pandémie de Covid-19. Mais les livraisons attendues à la fin du mois de mars et ensuite tout au long du printemps, devraient permettre de se rapprocher des objectifs fixés par le gouvernement. Ce dernier a décidé de changer son fusil d’épaule pour faire accélérer la cadence, et contrairement au mois de janvier, il est désormais prêt à créer de grands centres pour la vaccination de masse. Pour cela, l’idéal est d’utiliser des structures déjà présentes, comme les stades de football, désertés par le public depuis des mois. Le Stade Vélodrome et le Stade de France ouvrent la voie, avec la perspective de faire jusqu’à 2500 vaccinations par jour quand ils tourneront à plein régime. Bien mieux que le maximum fait pour le moment en France, où ça plafonne aux 1000 injections quotidiennes lors de certains week-ends de mobilisation. 

En attendant que d’autres stades ne servent à vacciner dans les grandes villes, Lyon s’est déjà proposé notamment, le Vélodrome de Marseille est déjà opérationnel. Une fierté pour Abdou Sbihi, chirurgien de profession mais aussi directeur technique médical à l’OM. Pour le docteur, le fait de venir au Vélodrome pour avoir un vaccin contre le Covid-19 n’est pas anodin. « Depuis le premier confinement, avec la Fondation OM, on a été sans cesse en réflexion pour trouver des moyens d'aider face à la crise sanitaire. Quand j'ai soumis ce projet à la ville de Marseille en janvier dernier, ils étaient ravis mais un peu frileux parce qu'en France, c'était assez innovant et atypique. Au départ, les instances nationales n'étaient pas favorables aux "vaccinodromes". Mais le déblocage a finalement eu lieu », a livré dans L'Equipe Abdou Sbihi, qui confirme en effet le changement de position des instances gouvernementales. Et la nécessité de vacciner en masse et rapidement. 

A la sauce américaine

« Si ça fait tache d'huile, je vous assure que ça marchera. Aux États-Unis, ils vaccinent dans les stades depuis un bon moment déjà... À Marseille, nous sommes tous des supporters de l'OM et aller au Vélodrome, c'est plus qu'un plaisir. Or en ce moment, il manque à énormément de personnes et la vaccination est l'occasion unique de pouvoir y retourner. Les gens qui font la queue chaque jour sont fiers de se faire vacciner dans leur stade. C'est très symbolique. En plus, un stade évoque le sport, l'oxygène, l'énergie, la vie. C'est moins sombre et anxiogène qu'un hôpital où on croise des malades. Au Vélodrome, à mi-parcours du circuit de vaccination, on a une vue sur la pelouse. C'est un peu la récompense. Beaucoup ressortent très heureux parce qu'ils ont revu de leurs propres yeux quelque chose qui leur manque », a souligné le médecin qui collabore avec l’OM. L’exemple des stades aux Etats-Unis est en effet frappant, puisque les enceintes de la NFL ou de la MLB ont notamment servi à vacciner en masse les Américains. L’immense parking du Dodger Stadium de Los Angeles tourne ainsi à plein régime à 12.000 injections par jour, le tout sans descendre de sa voiture.