Esp : Laporta un larbin du Real Madrid, crise à Barcelone

Esp : Laporta un larbin du Real Madrid, crise à Barcelone

Joan Laporta a tenté vendredi de justifier l'impossibilité pour le FC Barcelone d'offrir un nouveau contrat à Lionel Messi, accusant ses prédécesseurs et la Liga. Mais chez les Socias du Barça, le message passe mal et le président des Blaugrana est attaqué.

Lorsqu’il remplacé Josep Maria Bartomeu au poste de président du FC Barcelone, Joan Laporta avait clairement fait savoir que la priorité des priorités était de prolonger Lionel Messi, ce que son prédécesseur avait été incapable de faire. Mais non seulement le joueur argentin n’a pas étendu son engagement avec le club catalan, mais en plus Laporta a reconnu vendredi qu’il n’avait pas été en mesure de trouver une solution pour financer le nouveau contrat de Leo Messi, alors que ce dernier avait accepté de diviser par deux son salaire. Si la colère des Socios a d’abord visé Bartomeu, l’actuel président du FC Barcelone en a pris pour son grade, notamment parce qu’il semble être devenu très proche de Florentino Perez, le patron du Real Madrid, depuis l’affaire de la Super Ligue.

Joan Laporta fait le bonheur du Real Madrid 

Ce lundi, Jaume Llopis, membre du conseil d’administration du Barça, a adressé sa lettre de démission à Joan Laporta. Et pour que son geste soit encore plus spectaculaire, il a transmis le contenu de celle-ci, ce courrier étant sans pitié avec l’actuel patron des Blaugrana. « Cher Jan. Tu m'as déçu, je pensais que tu étais le seul capable d'affronter Florentino. Je manque d'informations mais je suis sûr que beaucoup plus pouvait être fait pour que Messi reste (...) Messi était un patrimoine important du FC Barcelone. Nous verrons quand la Super League arrivera, si elle arrive, et en attendant, nous renforçons le PSG et facilitons le transfert de Mbappé à Madrid. Le plan parfait de Florentino. Vous entrerez dans l'histoire en tant que président qui a limogé Messi (...) Je pense avoir apporté des choses positives au club, mais je me sens obligé de démissionner parce que je veux être libre d'exprimer mes opinions », écrit ce professeur à l'école de commerce IESE de l'Université de Navarre spécialisé dans les domaines de la stratégie et de l'organisation d'entreprise.