Esp : Griezmann fixe une condition, le Barça refuse !

Esp : Griezmann fixe une condition, le Barça refuse !

Icon Sport

Annoncé sur le départ du FC Barcelone, Antoine Griezmann ne partira pas dans n'importe quelle condition et l'attaquant français a déjà fait connaître ses exigences. Pour l'instant, le Barça refuse de céder.

Deux ans après avoir signé au FC Barcelone après un long feuilleton et un exercice de communication plutôt chaotique, Antoine Griezmann semble proche de la sortie. Non pas que le Barça et Ronald Koeman soient dépités des performances sportives de l’attaquant français, mais c’est une décision économique qui incite Joan Laporta à montrer la porte et plus précisément la direction de l’Atlético Madrid au champion du monde. Placé dans l’obligation de retrouver un peu de marge de manœuvre sur le plan financier afin de prolonger Lionel Messi, même si ce dernier accepte de faire des efforts, le club catalan sait que le transfert d’Antoine Griezmann peut lui rapporter un peu d’argent, mais également soulager sa masse salariale puisque le Français coûte 36 millions d’euros par an au Barça.

Si la possibilité d’un échange incluant Saul Niguez est largement évoquée ces derniers jours dans la presse espagnole, c’est la situation d’Antoine Griezmann qui pose problème. Et ce dimanche, L’Equipe explique qu’en fait l’attaquant tricolore ne dit pas non à retour chez les Colchoneros, où il retrouverait avec plaisir Diego Simeone, mais il souhaite conserver son salaire. Et comme l’Atlético Madrid ne peut pas s’aligner, Griezmann a demandé aux dirigeants barcelonais « de compenser la baisse de salaire à laquelle il peut s’attendre ». Une possibilité que pour l’instant Joan Laporta refuse fermement, ce qui a mis immédiatement un terme aux négociations. Dans ce dossier, Antoine Griezmann est plutôt tranquille, puisqu’il n’est pas du tout déterminé à quitter Barcelone, alors que le club catalan a lui le désir de s’en séparer. Les choses devraient cependant rapidement se décanter dans un sens ou dans l'autre, les dirigeants barcelonais et madrilènes étant décidés à ne pas laisser ce dossier s'éterniser jusqu'à fin août.