Newcastle : L'Arabie Saoudite veut un sorcier connu en Ligue 1 !

Newcastle : L'Arabie Saoudite veut un sorcier connu en Ligue 1 !

Toujours à la recherche d’un entraîneur, Newcastle étudie plusieurs pistes dont celle menant à Leonardo Jardim. La rumeur peut paraître étonnante. Mais le Portugais passé par l’AS Monaco à deux reprises a l’avantage de diriger actuellement l’équipe d’Al Hilal en Arabie Saoudite, pays des nouveaux propriétaires des Magpies.

Voilà déjà 10 jours que Newcastle a officiellement évincé Steve Bruce. Mais depuis, le pensionnaire de Premier League n’a toujours pas nommé son nouveau manager. Le coach intérimaire Graeme Jones poursuit sa mission étant donné que la nouvelle direction prend le temps de bien étudier ses différentes pistes. Beaucoup de noms ont en effet circulé ces dernières semaines, jusqu’à aboutir à quatre derniers dossiers encore en lice. Selon les informations de The Eleven, Eddie Howe, Lucien Favre et Paulo Fonseca ont encore toutes leurs chances.

Et plus particulièrement les deux derniers cités qui auraient impressionné pendant leurs entretiens respectifs. Mais un quatrième candidat se serait ajouté à la liste, à savoir Leonardo Jardim. La rumeur peut paraître étonnante sachant que le Portugais ne fait pas vraiment partie des entraîneurs les plus renommés. Mais l’ancien coach de l’AS Monaco présente un énorme avantage par rapport à ses concurrents, celui de diriger actuellement l’équipe d’Al Hilal en Arabie Saoudite, pays des nouveaux propriétaires de Newcastle.

Jardim a toujours la cote

C’est ainsi que Leonardo Jardim, seulement arrivé cet été, a déjà tapé dans l’oeil des décideurs des Magpies qui le considèrent comme un bon candidat pour le poste. Bien évidemment, son départ quelques mois après sa signature ne poserait aucun problème. Et Leonardo Jardim, bien qu’exilé, reste reconnu pour ses compétences, notamment grâce à ses résultats au club de la Principauté. A noter que Newcastle n’aurait pas prévu de nommer un manager avant la prochaine trêve internationale dans un peu plus d’une semaine. Mais la venue de l’heureux élu pourrait être actée en interne d’ici là.