OL : Aulas en panique à Lyon ? N'importe quoi...

OL : Aulas en panique à Lyon ? N'importe quoi...

Photo Icon Sport

Jean-Michel Aulas a assisté au nul de Lyon samedi à Reims et malgré ce résultat qui renvoie l'OL à la 12e place de Ligue 1, le patron du club rhodanien reste zen.

Après avoir consenti de gros efforts financiers, le président de l’Olympique Lyonnais pourrait attendre mieux de la part de ses joueurs. Mais à l’image du nul concédé samedi à Reims, Antony Lopes et ses coéquipiers semblent incapables de forcer leur destin. Bien évidemment l’OL a l’excuse totalement valable des graves blessures qui éloignent des terrains Memphis Depay, Jeff Reine-Adélaïde ou bien encore Léo Dubois, mais les supporters attendaient quand même mieux que cette 12e place. Mais si certains dépriment, ce n’est pas le cas de Jean-Michel Aulas.

Au moment d’analyser cette première moitié de saison de l’Olympique Lyonnais, et en réponse à un supporter qui lui rappelait que Rudi Garcia n'avait pas amélioré la situation, JMA rappelle quand même que son club est toujours qualifié en Ligue des champions et en Coupe de la Ligue et que malgré les blessures rien n’est totalement perdu. Le patron de l’OL avoue quand même une petite déception en Championnat. « Le match était difficile peu d’équipe ont gagné à Reims et nous étions très près (le pénalty accordé à Reims était-il dans la surface). Le bilan du championnat n’est pas bon (les 4 blessures sont terribles) pas irrémédiable nous restons qualifiés dans toutes les compétitions. Entre temps l’OL s’est qualifié pour le 1/8 d finale de la Ligue des Champions, et le 1/4 d finale de la coupe de la Ligue malgré d nombreuses blessures ligamentaires qui n’ont rien à voir avec la préparation physique évoquée par certains. Le championnat est difficile mais rien n’est perdu ! », a lancé, sur les réseaux sociaux, un Jean-Michel Aulas qui n’est pas du genre à baisser les bras en décembre. Il est vrai que dans le passé son Olympique Lyonnais a parfois renversé des montagnes en seconde partie de saison.