FCN : Nantes joue l’Europe et le maintien, Kombouaré a honte

FCN : Nantes joue l’Europe et le maintien, Kombouaré a honte

Vainqueur sortant de la Coupe de France et qualifié pour la phase finale de l’Europa League après un parcours presque héroïque, le FC Nantes vit a contrario une saison très compliquée en championnat.

Le FC Nantes va passer la trêve de la Coupe du Monde en dehors de la zone rouge, à la quinzième place pour être précis, mais cela aurait pu être bien pire si les Canaris n’avaient pas eu une réaction d'orgueil en fin de match face à Ajaccio ce dimanche après-midi (2-2). Mené 0-2 et relégable pendant une bonne partie de la deuxième période, le club jaune et vert a finalement réussi à maintenir le cap grâce à Blas (70e) et Simon (89e). Un match nul qui vaut cher puisque le FCN est au centre du peloton des équipes qui jouent le maintien, avec trois points de retard sur Toulouse (12e) et deux d’avance sur Strasbourg (19e). Pas de quoi se réjouir pour autant pour le FCN, qui vit quand même une saison particulière. Avec beaucoup de positif en Coupe d’Europe et un seizième de finale d’Europa League à jouer contre la Juventus en février prochain. Mais aussi pas mal de négatif en L1 donc, où Nantes n’a gagné que deux fois en 15 journées. Un bilan bien trop maigre pour Antoine Kombouaré, qui a décidé de pousser un bon coup de gueule avant la trêve de la Coupe du Monde.

« Il faut qu'on se remette tous en question »

« Aujourd'hui, on a 13 points, c'est catastrophique… J'ai honte ! On n'est pas passé loin de la correction. On a joué 15 minutes, on a produit du jeu, et après les deux premiers contres d'Ajaccio, on s'est perdu, on n'a plus voulu du ballon. On mérite de revenir, mais ce n'est pas un bon match. Il faut qu'on se remette tous en question. Il faut que les joueurs y pensent pendant les vacances et qu'ils reviennent avec d'autres intentions. C'est à cause de la Coupe d'Europe. On a du mal à redescendre de notre nuage. On pense que le fait d'être qualifié en Ligue Europa, ça suffit pour faire peur aux adversaires en Ligue 1 et pour gagner les matchs, mais non. Les deux grosses satisfactions, c'est qu'on est costaud mentalement, et le public. Je suis reconnaissant envers ce public qui nous pousse, qui nous aide, qui ne nous lâche pas. À leur place, je serais rentré à la maison depuis longtemps. En deuxième partie de saison, on n'aura plus d'excuse. L'objectif, c'est le maintien. Il ne faut pas se voir trop beau », a balancé, en conférence de presse, l’entraîneur des Canaris, qui espère que ses joueurs vont se remettre dans le droit chemin en vue de la deuxième partie de saison. Sous peine de vivre une terrible descente aux enfers en passant de la Coupe d’Europe à la L2 en l'espace de quelques mois…