FCN : Le « Boring Ranieri », une simple vengeance ?

FCN : Le « Boring Ranieri », une simple vengeance ?

Photo Icon Sport

Le championnat de France n’est pas le plus spectaculaire d’Europe, mais aucun entraineur de Ligue 1 n’avouera qu’il joue défensif et préfère voir son équipe faire 0-0 plutôt que se découvrir pour tenter de marquer un but. Aucun, sauf Claudio Ranieri. Depuis quelques semaines, voyant les difficultés offensives de son équipe, l’entraineur italien préfère s’en amuser, et assure qu’il ne peut renier ses origines italiennes, préférant surtout se consacrer sur le jeu défensif de son équipe. Et sur le plan des résultats, cela marche avec trois buts marqués, pour trois victoires et un nul ce qui cale les Canaris au chaud dans la première partie de tableau. Mais pourquoi ce jeu si frileux, et cette mise en avant de cette tactique dans les médias. Anthony Clément, éditorialiste pour L’Equipe, avance une explication assez surprenante.

« Ranieri a le mérite de la franchise. « Je préfère gagner 1-0 que 2-1. Je suis italien », a-t-il lancé jeudi, et on l'aurait volontiers accusé d'alimenter des clichés datés, mais il a surtout raison car il est vraiment italien et son FC Nantes a encore gagné 1-0. « Vous verrez du spectacle à la Beaujoire quand le PSG viendra », a-t-il ajouté, dans une variante du fameux« si vous voulez du spectacle, allez au cirque » de Pablo Correa, habitué à endormir tout le monde avec Nancy. Bielsa n'a pas cette réputation, loin de là, mais son LOSC devra franchir quelques paliers avant d'être cité en référence par Pep Guardiola, dont le loisir favori est pourtant d'encenser le technicien argentin. Si on est tenté de penser que Ranieri se venge d'un mercato qui l'a frustré, en montrant bien à sa direction qu'elle le condamne à produire ce jeu déprimant, on ne peut pas prêter cet objectif à Bielsa, qui a eu tout ce qu'il voulait depuis son arrivée à Lille », avance ainsi le journaliste, pour qui l’entraineur italien souhaite démontrer à son président qu’il n’a pas les moyens de jouer l’attaque. Pas sûr que cela déplaise à Waldemar Kita si le FC Nantes continue d’enchainer les succès. Même 1-0.

Share