FCGB : Bagdad, Koh-Lanta à Bordeaux, Adli calme le jeu

FCGB : Bagdad, Koh-Lanta à Bordeaux, Adli calme le jeu

En conférence de presse, Yacine Adli a démenti les rumeurs d'une ambiance délétère au sein du vestiaire bordelais. 

Les Girondins de Bordeaux traversent probablement leur pire saison depuis de nombreuses années. Encore humiliés par l'AS Monaco à domicile le week-end dernier, les Marines et Blancs sont 16e de Ligue 1 et sont encore loin d'avoir assuré leur maintien. Une relégation serait un véritable cataclysme pour le club, et les joueurs semblent de plus en plus nerveux, à l'image de Benoît Costil, qui a craqué face à l'ASSE. Laurent Koscielny, joueur d'expérience, a multiplié les rappels à l'ordre face à la presse ces dernières semaines. De nombreuses rumeurs autour d'une ambiance tendue au sein du vestiaire circulent depuis. Présent en conférence de presse ce jeudi, le jeune Yacine Adli a tenu à mettre les choses au clair.

« On a vu tout ce qui s’est dit, ça n’a pas non plus été l’anarchie comme on a pu le dire. On a cru que c’était Bagdad le vestiaire… Il faut arrêter de croire tout ce qui se dit, que dans le vestiaire c’était la guerre… Il n'y a pas de clans, on n'est pas dans Koh-Lanta. C’est vrai que certains n’avaient pas de rapports joviaux dans le sens où ils n’iront pas en vacances ensemble, mais il y a toujours du respect entre les joueurs, il n’y a jamais eu de débordements. Le seul épisode, c’est Laurent après Marseille, mais c’était le capitaine qui prenait la parole, il n’y avait pas d’animosité » a expliqué l'ancien joueur du PSG.

Une ambiance liée aux mauvais résultats

Pour Yacine Adli, les petits clash ayant eu lieu dans le vestiaire ne sont pas liés à des problèmes personnels entre les joueurs mais bien à la période difficile rencontrée par les Girondins d'un point de vue sportif. « Quand on perd, on peut tout reprocher l’intendant a mal plié l’habit, les pâtes du cuisinier ne sont pas bonnes… Il y a plein de trucs à dire quand on perd. On va continuer de parler de ça jusqu’à la fin de la saison, dire que les joueurs ne s’entendent pas ? C’est fini ça, ça n’existe même plus, tout le monde s’est remis dans le truc. Chacun est dans l’esprit pour prendre les points et maintenir le club, c’est la priorité, c’est ce qui est primordial. Il faut rendre un minimum fier les supporters, ceux qui travaillent pour ce club, tous ceux qui mettent tout en œuvre pour faire vivre ce club immense » a conclu le milieu de terrain. Dimanche prochain, les Girondins disputeront un match capital face à un concurrent direct sur la pelouse du FC Lorient. Et bien que Yacine Adli évoque un esprit retrouvé, le vestiaire pourrait bien exploser en cas de mauvais résultat.