Costil veut quitter Bordeaux tout de suite !

Costil veut quitter Bordeaux tout de suite !

Icon Sport

Pris en cible par les Ultras de Bordeaux, Benoît Costil a été à deux doigts de se battre avec l'un d'entre eux dimanche après la première période. Le gardien de but, écoeuré, souhaite partir dès maintenant des Girondins.

Entre Benoît Costil et les Girondins de Bordeaux, l’histoire s’est peut-être stoppée dimanche après-midi suite à la défaite contre Montpellier (0-2). Car le portier bordelais, qui avait largement contribué à éviter des soucis à son club lors des deux dernières saisons, est désormais en rupture totale avec les Ultramarines, principale association de supporters des Girondins, mais également avec Gérard Lopez, qui a, lui, choisi son camp dès la fin de la rencontre en venant apporter son soutien aux supporters contre les joueurs. Gravement accusé par les UB87, le gardien de but international tricolore a visiblement pété les plombs à la pause, allant s’expliquer avec ceux qui l’insultaient, lançant au patron des Ultras qu’il était « vendu » compte tenu de sa proximité avec le propriétaire du club au scapulaire. Et la suite des événements a mis à bout Benoît Costil qui souhaite désormais en finir avec Bordeaux sans attendre la fin de la saison. 20 Minutes affirme en effet que l’ancien capitaine des Girondins a fait part de son désir de partir dès maintenant. 

Costil libre en fin de saison, mais il est écœuré

Journaliste à Bordeaux, Clément Carpentier cite des sources proches du portier de 34 ans et des salariés du club, lesquels auraient entendu Benoît Costil faire part de son désir de partir. « Je m’en vais, je ne finirai pas la saison », aurait notamment expliqué le portier tricolore, qui arrive en fin de contrat en juin prochain. Même si certains estiment que ces propos ont peut-être été prononcés sous le coup de l’émotion engendrée par ces événements, 20 Minutes précise que du côté des Girondins de Bordeaux on est loin d’être convaincu que Costil sera présent pour la reprise de l’entraînement au Haillan. La violente crise qui traverse l'équipe bordelaise risque de pousser encore plus l'équipe vers la Ligue 1.