EdF : Giroud remplaçant, Deschamps avait raison

EdF : Giroud remplaçant, Deschamps avait raison

Auteur d’un doublé contre l’Australie (4-1) mardi en Coupe du monde, Olivier Giroud est devenu le co-meilleur buteur de l’histoire des Bleus. Cette fois c’est sûr, l’attaquant français n’a plus du tout le profil du simple remplaçant.

Il y a encore quelques semaines, peu sont ceux qui auraient misé sur un doublé d’Olivier Giroud pour l’entrée en lice des Bleus au Mondial 2022. Et pour cause, l’attaquant du Milan AC n’entrait pas dans les plans de Didier Deschamps. Le sélectionneur de l’équipe de France ne l’estimait pas capable d’accepter un rôle de remplaçant. Son analyse a finalement évolué pour le plus grand bonheur de l’avant-centre et du journaliste François Marchal, bluffé par la trajectoire de l’international tricolore.

« Il a commencé titulaire à Arsenal, il l'a parfois été à Chelsea aussi, a rappelé le chroniqueur d’Europe 1. Il n'a pas été champion d'Angleterre mais il a gagné des coupes et il a gagné la Ligue des Champions avec Chelsea. Il a beaucoup gagné dans tous les clubs où il est passé. Ce qui est assez fascinant, ce sont ses débuts. Il a joué à Istres, Grenoble, Tours... »

« Il s'est fabriqué au bas de l'échelle, il est monté comme ça petit à petit, il a gravi les échelons jusqu'à l'équipe de France, jusqu'à ce record, a commenté le journaliste. Et ce qui est encore plus épatant, c'est que c'est presque Didier Deschamps qui lui avait fermé la porte il y a quelques mois après l'Euro. C'est Didier Deschamps qui avait presque mis un terme à sa carrière internationale. »

Giroud mieux qu'un remplaçant

« Il se trouve que les aléas ont fait qu'il est revenu, qu'il a regagné sa place sur le terrain, qu'il a aussi regagné sa place dans l'environnement des Bleus parce que Didier Deschamps disait qu'il n'avait pas le statut d'un remplaçant et qu'il n'allait pas accepter ce statut. Olivier Giroud a fait comprendre que c'était possible. En l'occurrence, il est mieux que remplaçant, c'est un titulaire buteur », a conclu François Marchal, ravi de voir l’ancien Montpelliérain retrouver le onze de l’équipe de France.