Triaud : « Rater les quarts serait une déception »

Triaud : « Rater les quarts serait une déception »

Bordeaux va aborder l’Europe avec, pour la première fois, un statut de favori. Pour le président Jean-Louis Triaud, l’occasion est trop belle pour être manquée.

Cela aurait pu être bien pire. Avec l’Olympiakos, les Girondins ont eu un tirage assez clément pour leur huitième de finale de Ligue des Champions. Ils évitent les grosses écuries européennes et, même s’il faut rester prudent, héritent d’un adversaire qui les laisse rêver d’une place en quart de finale de l'épreuve phare. « L’Olympiakos est un adversaire respectable. Même si on connaît peu cette équipe, on sait qu’elle est difficile à jouer, surtout dans son stade. Dans l’ensemble, au tirage, tout le monde était content. Clairement, rater les quarts de finale serait une déception dans la mesure où il y avait des adversaires beaucoup plus compliqués à jouer. J’ai la prétention de croire que nous sommes favoris. Si ce n’est pas le cas à Athènes, sur l’ensemble des deux matchs, cela me paraît à notre portée», a reconnu avec réalisme Jean-Louis Triaud.

 

Toutefois, si Bordeaux devra composer avec les pièges inévitablement tendus par les Grecs, les hommes de Laurent Blanc  vont également devoir surmonter une petite crise de confiance, ainsi que la fatigue accumulée dans leur calendrier chargé. Pour l’un comme pour l’autre, le président des Girondins semble optimiste. « Heureusement que le match de championnat face à Auxerre a été reporté ! Les joueurs arriveront moins fatigués en Grèce. Si ce report n’a pas amélioré la condition physique des joueurs, au moins il n’a pas contribué à l’affaiblir. Je n’ai pas l’impression qu’on soit dans une passe difficile. Il y a des matchs où l’on est plus ou moins performant. Si je regarde depuis la reprise, tout le monde dit qu’on est moins bien. Ce n’est pas une question de qualité, juste un problème de concentration», a résumé Triaud. Bordeaux a donc une grosse opportunité d’aller plus loin dans cette Ligue des Champions. Produire une grosse prestation dans l’ambiance survoltée du Pirée pourrait relancer la confiance des Girondins en championnat et donner un signal aux rivaux national de Bordeaux dont les ambitions ont subitement gonflé ce week-end.