L'OM puissance 6 met la pression sur l'OL et le PSG

L'OM puissance 6 met la pression sur l'OL et le PSG

Photo Icon Sport

L’OM a livré un véritable récital offensif pour ne laisser aucune chance à Toulouse au Stadium (1-6). Un succès d’ampleur alors que Bielsa s’était privé de Thauvin et Gignac au coup d'envoi, et qui replace directement Marseille dans la foulée du leader lyonnais. 

Après les points perdus à l’extérieur, puis désormais au Vélodrome, l’OM jouait l’une de ses dernières cartes dans une éventuelle lutte pour le titre, ce vendredi à Toulouse. Et malgré plusieurs changements, chose inhabituelle, le message a été parfaitement compris par les Phocéens. C’est avec Aloé, Ocampos et Batshuayi titulaires, et donc Thauvin et Gignac sur le banc, que Marseille débutait en trombe. Sur un ballon dos au but, l’attaquant belge effectuait un véritable récital avec un contrôle orienté et une frappe enchainée du gauche qui trompait Boucher (0-1, 2e). Toulouse était sonné, puis KO. Sur un tir en force de Mendy après un renvoi, Aloé, qui passait par là, mettait son pied en opposition pour marquer de près, malgré une position de hors-jeu d'Ayew juste devant le but  (0-2, 6e). Et cela continuait. Un Ayew dans tous les bons coups débordait pour centrer devant le but, et forcer le but contre son camp de Moubandjé, alors qu’Ocampos allait marquer juste derrière lui (0-3, 20e). Dans la foulée, le Ghanéen trouvait le poteau de Boucher d’un tir croisé, pour 22 minutes complètement folles. Mais Toulouse finissait par réagir, avec plusieurs énormes occasions en peu de temps également. Pesic récupérait un ballon dans les pieds de Romao au point de pénalty, mais tirait au-dessus alors que le but était grand ouvert (31e). Le Serbe trouvait ensuite le poteau d’un tir en force après un slalom de Trejo (34e) tandis que Mandanda passait près du carton rouge, que M. Chapron venait lui montrer, pour avoir gagné du temps après avoir déjà récolté un jaune. La fin d’une folle première période, qui ne pouvait laisser augurer que d’une seconde période plus clame, le suspense n’étant plus de la partie. 

Le rythme baissait quelque peu, même si Toulouse tentait bien de réduire le score, ou du moins de sauver l’honneur. C’était le cas après l’entrée en jeu de Ben Yedder, qui profitait de son sens du but retrouvé pour marquer entre les jambes de Mandanda sur un ballon glissé dans la surface par Trejo (1-4, 77e). Mais dans la foulée, un Ayew qui trainait derrière la défense, profitait d’une intervention ratée d’un défenseur pour prendre le ballon et redonner quatre buts d’écart à son équipe (1-5, 78e). En fin de rencontre, Gignac faisait sa spéciale en partant de la gauche pour revenir dans l’axe et mettre une praline croisée à ras du poteau (1-6, 89e). Un véritable carton réalisé par l’OM, pour prendre les trois points, ce qui n’était mine de rien plus arrivé depuis le 31 janvier, soigner la différence de buts, et revenir à hauteur du PSG, à une longueur de Lyon, avec un match en plus bien évidemment. Pour Toulouse, cela commence à sentir mauvais…

Share