L'ASSE ruine le coup de poker de Bielsa

L'ASSE ruine le coup de poker de Bielsa

Photo Icon Sport

Deuxième période de folie dans le Chaudron, où Saint-Etienne et Marseille se sont répondus de manière spectaculaire pour finir sur un match nul 2-2. L’OM, qui avait profité d'un énorme coup de poker de Bielsa pour passer devant, laisse finalement l’OL et le PSG s'échapper. 

Avec les victoires de Lyon et de Paris, Marseille savait au moment du coup d’envoi que tout autre résultat qu’un succès pourrait mettre à mal ses ambitions au plus haut niveau. Dans un Chaudron bouillant, cela débutait mal, surtout pour des Olympiens habitués à mettre le feu dès le coup d’envoi, mais un Gradel littéralement intenable donnait le ton à cette partie musclée. Le rythme était soutenu mais les occasions manquaient, surtout pour un OM en quête de repère offensivement, un Thauvin malade ayant été remplacé par Ocampos. 

Mais s’il n’avait manqué que les buts avant le repos, il allait tout y avoir après celui-ci. Sur un festival d’Hamouma, l’ailier stéphanois dribblait Morel dans la surface d’un petit pont, avant d’être taclé et bloqué par le Marseillais, pour un pénalty logique transformé avec sang-froid par Gradel (1-0, 54e). C’est alors que, voyant que son équipe n’y arrivait pas, Bielsa décidait de tout changer. Exit DjaDjédjé, à la rue face à Gradel, Gignac, hors du coup, et Romao, transparent, pour laisser place à Aloé, Batshuayi et Alessandrini. Si les triples changements rares, des effets aussi immédiats le sont aussi. Une minute plus tard, Batshuayi semait la panique dans la défense verte, slalomait avec un contre favorable et finissait par marquer devant Ruffier dans un trou de souris (1-1, 64e). L’ASSE prenait un coup au moral, et permettait peu après à Alessandrini de centrer en force au premier poteau, pour la reprise impeccable du Belge, auteur d’un doublé express (1-2, 67e). Les 20 dernières minutes étaient folles, avec des espaces et des occasions de partout. Galtier ne restait pas inactif, sortant un Van Wolfswinkel toujours aussi irrégulier pour faire entrer Erding. Et au terme de l’action de la dernière chance, le Turc égalisait d’une tête à bout portant, après un ballon cafouillé et un Mandanda resté au sol (2-2, 92e). Comme face à Reims, l’OM perdait deux points dans les arrêts de jeu, se retrouvant désormais à quatre points de l’OL. Pour l’ASSE, le résultat n’est pas bon, même si les Verts ont bien cru mordre la poussière. 

Share