TV : Thierry Henry, la recrue d’Amazon cartonne

TV : Thierry Henry, la recrue d’Amazon cartonne

Icon Sport

Qualité de retransmission, absence de publicité, réalisation impeccable, présentateurs et consultants au top, Amazon Prime a livré une première partie de championnat cinq étoiles.

Aucune fausse note n’a été identifiée, et les téléspectateurs apprécient la priorité donnée au jeu, au direct et à l’analyse des performances, plus que des petits à-côté. A ce petit jeu, Thierry Henry se régale. Il est capable de voir Lionel Messi aller à sa rencontre pour lui faire une accolade, en tant qu’ancien coéquipier, et délivrer aussi les souvenirs qui lui remontent quand il foule la pelouse du Stade Louis-II de Monaco ou encore de comparer le but de Kolo-Muani aux exploits chaloupés de son ancien coéquipier d’Arsenal Nwanko Kanu. A cela s’ajoute une pointe d’humour pince-sans-rire et une analyse détaillé du jeu de chacun, ce qui n’étonnera personne pour ceux qui connaissent l’appétit dévorant de Thierry Henry pour les stats, la tactique et le jeu. Recrue phare de la chaine américaine, alors qu’il faisait aussi l’unanimité sur Sky Sports avant cela, Thierry Henry a avoué dans un entretien au Parisien qu’il adorait cette nouvelle aventure à la télévision française. 

Il peut quitter Amazon à tout moment

« Ce rôle de consultant à Amazon me permet de refaire mon parcours et de revivre certaines émotions. Quand j’arrive dans un stade, je marche dans les couloirs, je vais sur la pelouse. Et les émotions remontent… Je suis revenu à Monaco, là où tout avait commencé pour moi, où j’ai marqué mes premiers buts en L1. Ça fait forcément quelque chose. Samedi, j’ai revu Bollaert, je me suis rappelé que c’est là où j’ai connu ma première sélection en équipe de France. Je me suis souvenu aussi d’un but que j’avais marqué à Warmuz, de l’action qui l’avait précédé. Partout, je me rappelle de beaux souvenirs, de matchs, de moments », a livré un Thierry Henry qui est en effet parti très jeune à l’étranger, et n’est ensuite plus revenu dans le championnat de France, si ce n’est lors de sa courte carrière d’entraineur à Monaco. Pour le moment sans club, le champion du monde 1998 garde toutefois son poste d’entraineur adjoint de la sélection de Belgique, mais se tient tout de même prêt en cas d’opportunité à sa convenance comme entraineur principal.