Lille ne vendra pas Hazard au PSG « sauf offre indécente »

Lille ne vendra pas Hazard au PSG « sauf offre indécente »

Photo Icon Sport

Depuis l’annonce de l’intérêt très affirmé du Paris Saint-Germain, prêt à exploser le mercato, pour s’offrir Eden Hazard, du côté de Lille on tremble à l’idée de perdre la star belge. Mais dans l’Equipe, Rudi Garcia admet ne pas comprendre l’éventuel intérêt du joueur dans ce transfert, même s’il avoue qu’une offre phénoménale pourrait évidemment changer la donne.

« J’en ai déjà parlé avec lui avant les vacances. Et on en rediscutera à son retour, dimanche. Mais je ne suis pas sûr qu’il ait envie de partir… Il connaît son statut ici. Dans un grand club, il aura beaucoup d’incertitudes. Et puis il va disputer la Ligue des champions. Il n’a que vingt ans. Il peut progresser, être plus décisif. Après, il n’y a que lui qui peut répondre. Et le président. Michel Seydoux a dit qu’il était intransférable. C’est la bonne formule. Car autant sur Gervinho, on subit, autant sur Eden, on a la main. Je ne suis pas forcément inquiet. Ce n’est pas un double discours, c’est épouser la réalité du football. Je comprends le président quand il dit que Hazard est intransférable sauf offre indécente. C’est quoi une offre indécente ? Je n’en sais rien. C’est très, très élevé. On sera sportivement plus forts avec lui cette saison, mais aussi économiquement, une fois qu’il aura démontré tout son talent en Ligue des champions. Il y a de fortes chances pour que, dans un an, un chiffre indécent devienne un chiffre normal pour un joueur de ce niveau. Et pour l’instant, Lille n’a reçu aucune proposition d’aucun club, explique l’entraîneur des champions de France avant de s’attaquer frontalement au Paris Saint-Germain. Elle est où, la progression sportive au PSG ? Je ne comprendrais pas qu’il parte là-bas. Cette saison, en tous cas, parce qu’après le projet de Paris sera peut-être un grand projet. Mais aujourd’hui, jouer la C 1 avec le champion de France paraît plus intéressant. Je ne comprendrais pas non plus qu’on vende un de nos meilleurs joueurs à Paris. Parce que renforcer un concurrent, c’est se tirer une balle dans le pied