L1 : La trêve va causer une hécatombe, Lizarazu alerte les instances

L1 : La trêve va causer une hécatombe, Lizarazu alerte les instances

Photo Icon Sport

Dans le flou, les dirigeants du football envisagent plusieurs scénarios pour la reprise. Le tout en prenant compte de l’état physique des joueurs.

Le déconfinement en France étant prévu le 11 mai, les instances du football commencent à préparer la reprise des compétitions en juin. Avant cela, il faudra d’abord du temps aux joueurs pour se remettre à niveau sur le plan physique. Sachant que le calendrier des rencontres s’annonce particulièrement chargé. C’est pourquoi Bixente Lizarazu conseille de ne surtout pas négliger cette période d’entraînement.

« Il faut au moins quatre semaines de préparation pour les joueurs. C’est le minimum pour éviter la casse, a prévenu le consultant dans un entretien accordé au Figaro. Même avec ça, tu n’es pas au top de ta forme. Si tu fais des matchs tous les trois jours, c’est tendu. Si tu reprends le 15 mai l’entraînement, la compétition mi-juin et tu as fini fin juillet ton championnat. Dans le meilleur des cas. » Toujours dans l’intérêt des acteurs, Lizarazu propose également de supprimer la trêve estivale.

« La solution la plus douce »

« Pourquoi ne pas enchaîner les deux saisons ? Faire en sorte que les joueurs se préparent pendant cinq semaines, terminent l’exercice en cours sur un mois et demi, puis poursuivent la saison d’après dans la foulée, a envisagé l’ancien latéral gauche. Si derrière la reprise, tu remets un break d’un mois en août, le corps des joueurs ne va plus rien comprendre. Je suis partisan de trouver un juste compromis entre l’efficacité et le respect de l’intégrité physique des joueurs. On ne peut pas leur faire faire n’importe quoi. Ce serait la solution la plus douce à mes yeux et la perspective d’une saison folle. » Dans ce cas, le mercato serait totalement chamboulé.

« On ne peut pas régler tous les problèmes. C’est impossible, a-t-il réagi. Qui dit situation exceptionnelle, dit effort exceptionnel. La priorité, c’est l’intégrité physique des joueurs. Aujourd’hui, ils font depuis un mois de la bricole dans leur jardin ou dans leur salle de sport. Tu n’as pas l’émulation avec tes partenaires, la pression du staff médical et technique, tout un contexte autour de toi qui te pousse à la performance. La personne qui m’explique que les gars se sont entraînés et qu’en deux semaines ils peuvent rejouer, je dis non. Il faut éviter la casse. » Reste à savoir si les joueurs seraient prêts à sacrifier leurs vacances.