Homophobie : Les autorités sont piégées et ça le rend fou !

Homophobie : Les autorités sont piégées et ça le rend fou !

Photo Icon Sport

De nouvelles interruptions de matches de Ligue 1 et de Ligue 2 sont intervenues ce week-end en raison de chants qualifiés d'homophobes et la commission de discipline de la LFP va avoir énormément de dossiers à traiter. Et cela commence à poser un vrai problème, d'autant plus que les arbitres et les délégués ont visiblement des décisions à géométrie variable selon les matches. Pour Grégory Schneider, même si la lutte contre l'homophobie est évidemment une très bonne chose, les autorités politiques et sportives sont dans le pétrin en voulant agir de la sorte.

« Ils ont ouvert la boite de Pandore et maintenant comment tu t’en démerdes ? Parce qu’ils ne vont pas toujours pouvoir envoyer Renaud Ripart (Ndlr : le joueur de Nîmes est allé dimanche expliquer à ses supporters qu'il devaient cesser un chant), qui est visiblement aussi un peu stadier, pour parler aux supporters. Ils ont ouvert un truc et ils ne savent plus comment s’en démerder. Les propos homophobes ou qui font la promotion de l’homophobie sont évidemment répréhensibles, mais là ils ne savent plus comment faire (...) En menaçant d'arrêter les rencontres, on confère aux spectateurs le pouvoir de stopper le match et donc de tuer le football. Moi ça me dérange, le terrain doit être un sanctuaire, cela appartient à 22 mecs et un arbitre. Ils ont offert un terrain de jeu aux supporters qui vont s’amuser sans limite avec cette histoire. Cela va durer un bout de temps », a prévenu, sur Yahoo, le journaliste de Libération. D'autant plus que le fameux chant en question est clairement contre la politique de la Ligue de Football Professionnel et rien d'autre.