TV : Mediapro mauvais payeur, l'Europe tremble !

TV : Mediapro mauvais payeur, l'Europe tremble !

Photo Icon Sport

Le conflit entre Mediapro et la Ligue de Football Professionnel met le football français en péril. Une situation qui inquiète nos voisins européens…

Le groupe sino-espagnol, détenteur de la majorité des droits de la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour la période 2020-2024, refuse d’honorer comme convenu son deuxième versement des droits TV. Une situation chaotique, qui a obligé la Ligue de Football Professionnel à contracter un prêt afin de maintenir les clubs à flot. Et si cette situation a de quoi rendre malade les présidents de Ligue 1, elle inquiète également nos voisins européens. C’est notamment le cas de la Belgique, dont les droits ont été acquis cet été par Eleven, et cela pour une durée de cinq ans.

Mais selon les informations du média belge L’Echo, tout n’est pas clair comme de l’eau de roche dans la mesure où… Mediapro est dans la boucle. « Sur papier, tout semble clair. Ne reste plus qu’à produire le tout. Pour cela, Eleven a décidé de fait appel à Mediapro » indique le média, avant de préciser. « Pour produire le tout, Eleven a décidé de fait appel à Mediapro. Mais à y regarder de plus près, les deux acteurs vont plus loin que s’échanger des services. Le Moniteur belge indique la constitution le 10 juillet dernier de ‘12th Player’. Cette société est une joint-venture, détenue à parts égales par Eleven et Mediapro. Parmi les activités prévues, la nouvelle structure prévoit notamment "l'achat, la vente, la gestion, l'exploitation, l'administration, la représentation et le conseil de tous types de droits audiovisuels, et plus particulièrement dans le domaine sportif" (…) Plusieurs des opérateurs ont signé leur contrat de retransmission non pas avec Eleven mais avec cette fameuse joint-venture... A l’heure où Mediapro ne semble pas loin de la banqueroute, il y a donc de quoi s’inquiéter pour les droits télévisés belges » est-il détaillé. Voilà une information qui ne manquera pas de faire trembler la Belgique, à l’heure où Mediapro souhaite plus que tout revoir à la baisse le montant des droits télévisuels en Ligue 1, et refuse de payer son dû.