Covid : La bulle du foot-business a explosé en vol

Covid : La bulle du foot-business a explosé en vol

Icon Sport

Le bilan financier des clubs européens sur la saison 2019-2020 alerte. Les revenus globaux ont baissé de 3,7 milliards d’euros.

Alors que le football européen brassait toujours plus d’argent, la Covid-19 a stoppé l’incroyable ascension des revenus. Le très réputé cabinet britannique d’audit et de conseils, Deloitte, a sorti quelques chiffres révélateurs sur la crise qui touche le monde du ballon rond actuellement. Sur la saison 2019-2020, les revenus ont connu une baisse estimée à 3,7 milliards d’euros. Il s’agit de la première réduction en Europe depuis l’exercice 2008-2009. Bien que la Premier League reste de loin le championnat le plus riche, ses revenus ont chuté, pour la première fois de son histoire, de 13%. La Bundesliga a le mieux résisté aux dégâts causés par l’épidémie. Avec 4%, elle a enregistré la plus faible baisse. Même si ces chiffres sont alarmants, Dan Jones, partenaire et responsable du Sports Business Group chez Deloitte, reste optimiste.

« Il faudra plusieurs années avant que le plein impact financier de la pandémie de COVID-19 sur le football européen soit connu. Malgré les incertitudes de l’année dernière, le football – et l’intérêt du public pour lui – a fait preuve d’une grande résilience. Nous espérons que la saison 2021-22 sera un pas vers la normalité, entraînant une forte reprise des revenus au cours des saisons à venir », a déclaré le spécialiste. Le retour des supporters dans les stades lors de la saison à venir va donner une grande bouffée d’oxygène aux finances des clubs européens. Les affluences pourraient bien ré-atteindre des sommets dans les prochaines semaines, même si pour pouvoir retourner dans les enceintes, le pass sanitaire sera obligatoire.  Cette mesure ne plaît pas vraiment à tout le monde. Les Ultras du MHSC ont prévu de boycotter les matchs, et notamment la première journée contre l’OM. Un nouveau problème pourrait se présenter aux clubs, déjà en difficulté, si le phénomène s’étend.