ASSE : Guirassy en vert, un rêve en plein cauchemar ?

ASSE : Guirassy en vert, un rêve en plein cauchemar ?

Icon Sport

L'AS Saint-Etienne vise Serhou Guirassy pour renforcer son attaque. Mais pour le moment, Pascal Dupraz ne croit pas vraiment en une arrivée de l'attaquant du Stade Rennais. 

Le mercato hivernal réalisé par l'ASSE, avec aussi peu de moyens financiers, est pour le moment intéressant. Après un été extrêmement calme et une première partie de saison absolument cauchemardesque, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, dos au mur, ont enfin décidé de réagir. Après avoir nommé Pascal Dupraz entraîneur mi-décembre, les dirigeants stéphanois ont réussi à boucler les signatures de Joris Gnagnon, Paul Bernardoni et Sada Thioub depuis le début de l'année 2022. Ce n'est pas encore suffisant pour l'ASSE, qui s'est encore incliné contre Lens samedi après-midi, à Geoffroy-Guichard, après avoir mené (1-2). Bon dernier de Ligue 1 avec 12 petits points en 20 journées, à 5 points des Girondins de Bordeaux, 17es, le club du Forez n'a plus le choix. Le temps presse, Pascal Dupraz réclame un attaquant capable de peser sur les défenses.

"Ce sont des rêves à l’heure où on se parle"

L'ASSE vise Serhou Guirassy, remplaçant à Rennes qui n'a été titularisé que trois fois par Bruno Génésio cette saison en Ligue 1. Mais Pascal Dupraz, qui avoue s'intéresser au joueur, n'est pas très confiant dans ce dossier pour le moment. "Bien sûr, je souhaite un mercato qui puisse apporter un plus à ce groupe. Serhou Guirassy fait partie des pistes, oui, mais il y en a d'autres, et ce sont des rêves à l’heure où on se parle. Pas de signatures imminentes prévues pour l’instant", a regretté l'entraîneur des Verts en conférence de presse d'après-match samedi. Il faut dire que le salaire de Serhou Guirassy tourne autour des 200 000 euros par mois. L'ASSE peut s'offrir en prêt le Français uniquement si Rennes prend en charge plus de la moitié de cette somme. Et le directeur sportif du club breton, Florian Maurice, ne compte pas vraiment faire de faveur à Saint-Etienne. L'optimisme ne règne pas.