ASSE : Claude Puel brise des rêves au mercato

ASSE : Claude Puel brise des rêves au mercato

Icon Sport

L’inquiétude grandit du côté de l’AS Saint-Etienne, où absolument aucune recrue n’a débarqué depuis le début du mercato. En conférence de presse ce jeudi, Claude Puel a préféré ironiser sur la situation.

Les supporters s’agacent. Claude Puel aussi. Le mercato est au point mort à Saint-Etienne. Pire, si les dirigeants ont activé deux ou trois pistes, il n’a peut-être jamais véritablement commencé. Bernard Caïazzo et Roland Romeyer avaient annoncé leur volonté de vendre le club il y a quelques mois. On peut comprendre pourquoi tant les caisses de l’ASSE semblent vides. Claude Puel, seul décideur des arrivées et des départs, doit gérer ce mercato estival sans argent. Il vise un défenseur central et un attaquant. Malheureusement pour les supporters stéphanois, il ne devrait pas pouvoir se renforcer sans vendre. Si Claude Puel ne voulait pas perdre de cadres, il pourrait bien être obligé dans les prochains jours. Autant dire que la sérénité ne règne pas à l’Etrat. L’ancien coach de Leicester, en conférence de presse ce jeudi, a évoqué la possibilité de recruter des joueurs africains, avant de manier l’humour.

« Vous êtes bien optimistes »

« Si un ou deux joueurs nous rejoignent, on fera attention au fait qu’ils soient sélectionnables, ou non, pour la CAN. Mais sur la possibilité que des joueurs nous rejoignent, vous êtes bien optimistes (sourire) », a ironisé Claude Puel devant les journalistes. Les Verts rient jaune car le temps presse plus que jamais. Si l’ASSE n’a pas été ridicule lors des deux premières journées de Ligue 1 avec deux matchs nuls contre Lorient et Lens, le calendrier à venir fait peur. Saint-Etienne reçoit Lille ce samedi soir, avant de se déplacer à Marseille et d’accueillir Montpellier. La saison peut être très longue avec cet effectif qui montre des failles assez évidentes, notamment devant, où Charles Abi est bien seul. Heureusement, le soldat Wabhi Khazri sauve les meubles pour le moment. Jusqu'à quand, telle est la question.