ASSE : Après le prince, un autre candidat au rachat dans le dur ?

ASSE : Après le prince, un autre candidat au rachat dans le dur ?

Icon Sport

Plusieurs médias ont indiqué que le prince cambodgien qui souhaitait racheter l'AS Saint-Etienne était largué. Mais un autre repreneur semble également être dans le dur.

Le dossier de la reprise de l’AS Saint-Etienne commence à devenir pour le moins complexe à suivre. Tandis que les candidats se font rares, on a appris cette semaine que le fameux prince cambodgien Norodom Ravichak pourrait finalement jeter l’éponge. Tandis que Bernard Caïazzo a fait une tournée américaine afin de dénicher un investisseur à la hauteur des espoirs du dirigeant des Verts, l’hypothèse d’une cession de l’ASSE d’ici la fin de l’année est à oublier. Cependant, ce samedi, le site spécialisé Peuple-Vert.fr affirme que contrairement aux rumeurs, le prince Ravichak serait toujours dans la course. Mais à cette bonne nouvelle, s’ajoute une info moins réjouissante, c’est qu’Olivier Markarian, qui était un candidat jugé très sérieux, n’aurait pas des finances suffisamment solides pour aller très loin, ou du moins ce ne sera pas très simple pour ce dernier d’aller au bout du rachat de l’AS Saint-Etienne.

Quel repreneur sérieux pour l'AS Saint-Etienne ?

Le site stéphanois est clair et net, l’AS Saint-Etienne risque de tomber de haut avec l'offre de celui qui est membre du conseil de surveillance de l'ASSE depuis 2018, non pas que ce dernier ne soit pas sérieux, mais il a seulement des limites financières . « Olivier Markarian est sincère et sa candidature semble suffisamment solide pour que KPMG lui permette d'accéder à ce fameux data room, étape tant convoitée par les candidats. Il l'a également ouvert à Norodom Ravichak. La volonté des actionnaires est de sécuriser l'avenir de l'ASSE en attirant un projet extrêmement solide financièrement. Toutefois, le groupe financier luxembourgeois qui accompagne Markarian n'offre pas cette garantie en proposant un chiffre d’affaires annuel de 26 millions d'euros. De ce fait, la candidature d'Olivier Markarian paraît mal engagée », explique Alexandre S, responsable du site Peuple Vert.