OL : Nabil Fekir tord le cou aux rumeurs sur Lyon et le PSG

OL : Nabil Fekir tord le cou aux rumeurs sur Lyon et le PSG

Photo Icon Sport

Après sa grave blessure au genou, intervenue il y a bientôt un an lors d'un match amical entre la France et le Portugal, Nabil Fekir a montré lors des rencontres de préparation jouées par l'Olympique Lyonnais cet été qu'il n'était pas loin de retrouver sa forme optimale. Bruno Genesio a confié qu'il attendait un Nabil Fekir au sommet de son art en septembre, et sur ce que l'on a vu contre Benfica, ce sera très certainement le cas. Revenu sous les feux de l'actualité, Nabil Fekir sait que l'OL compte sur lui et il ne veut pas décevoir son club. Se confiant dans L'Equipe, le joueur lyonnais revient sur ses déclarations du printemps, lorsqu'il avait évoqué la possibilité pour lui de rejoindre un jour un « grand club » tel que le PSG, ce qui avait fait tousser en interne et évidemment déclenché des rumeurs.

« Je n’ai jamais dit que je voulais aller au PSG. J’ai parlé du PSG comme d’autres grands clubs. Aujourd’hui, je suis à Lyon, un autre grand club, où je suis bien et je ne manque de rien. Mon contrat va jusqu’en 2020 et, s’il faut rester à Lyon jusqu’en 2020, je le ferai. Je ne suis pas forcément dans un plan de carrière. Il faut laisser le destin faire les choses. On n’est maître de rien. On n’est pas à l’abri d’une blessure et on ne sait pas ce qui peut se passer demain. Il faut vivre au jour le jour et profiter, explique Nabil Fekir, qui souhaite profiter des Trophée des Champions pour montrer que Lyon ne sera pas un rival en bois pour le Paris Saint-Germain. J’espère, en tout cas, que l’OL va revenir au niveau du PSG et même le dépasser. On va essayer de les titiller au maximum dès cette saison. On a un beau projet à Lyon avec un président qui a tout mis en œuvre pour qu’on se sente au mieux. Maintenant, c’est à nous de jouer. Pour le Trophée des champions, le PSG est favori. À nous de tout faire pour créer l’exploit et inciter derrière les autres équipes à se méfier de nous. »