OL : Cherki surnage à Lyon, le reste est à jeter !

OL : Cherki surnage à Lyon, le reste est à jeter !

Icon Sport

Vainqueur de Brest dans la semaine, l’OL est retombé dans ses travers dimanche en s’inclinant à domicile face à Clermont (0-1).

Dimanche en fin d’après-midi, c’est sous les sifflets des supporters présents dans les travées du Groupama Stadium que les joueurs de l’Olympique Lyonnais ont quitté le terrain. Il faut dire que trois jours après une probante victoire à Brest, les supporters de l’OL espéraient que la seconde partie de saison serait celle du club rhodanien. Il faudra attendre pour voir une remontée spectaculaire des Gones au classement puisqu’à la surprise générale, les coéquipiers d’Alexandre Lacazette ont perdu à domicile contre Clermont (0-1), un résultat que personne n’avait vu venir. Privé de Tagliafico, Gusto, Henrique ou encore Tolisso, Laurent Blanc avait aligné un onze proche de celui qui avait gagné à Brest (10 joueurs sur 11 en commun). Mais peu de joueurs ont confirmé les bonnes dispositions entrevues en Bretagne…

Cherki seule éclaircie lyonnaise contre Clermont

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Rayan Cherki (@rayan_cherki)

Dans son édition du jour, L’Equipe souligne que Rayan Cherki est finalement le seul joueur à avoir tenu son rang, alors qu’il ne s’agit que d’un jeune joueur de 19 ans sur qui le jeu de l’OL n’est pas vraiment censé se reposer. « Sans la présence de Rayan Cherki (19 ans), il ne se serait même rien passé sur le terrain car le jeune attaquant, malgré quelques gestes superflus et des mauvais choix, a déclenché toutes les situations intéressantes pour l'OL » ne manque pas de souligner Hugo Guillemet. Souvent ciblé pour son manque de régularité, Rayan Cherki est dans cette période du Boxing Day une vraie satisfaction pour Laurent Blanc. Il faut bien cela pour l’ex-entraîneur du PSG, dépité par l’attitude générale de son équipe après la défaite contre Clermont. « Si je savais pourquoi on a rechuté, je vous le dirais. Le groupe vit des choses difficiles depuis un certain temps et à chaque fois qu'on a l'occasion de repartir dans une spirale positive, on n'y arrive pas » a soufflé Laurent Blanc, dépité après la défaite de dimanche après-midi, mais qui a surement vu comme tout le monde que dans ce marasme, Rayan Cherki était sorti du lot.