OL : Après Emerson, Lyon se prend une claque au mercato

OL : Après Emerson, Lyon se prend une claque au mercato

Icon Sport

Après avoir frappé un joli coup sur le marché des transferts en recrutant Emerson Palmieri, l’Olympique Lyonnais va devoir attendre la fin du mois d’août pour saisir les dernières opportunités…

Pour faire face au départ de Melvin Bard à Nice et au potentiel transfert de Maxwel Cornet à l’étranger, le club rhodanien devait recruter un latéral gauche en urgence. Un temps, le dossier Layvin Kurzawa semblait le bon, mais au final, l’OL a plutôt opté pour Emerson. Bloqué par la concurrence à Chelsea, le champion d’Europe débarque donc dans le cadre d’un prêt payant de 500 000 euros, assorti d’une option d'achat prioritaire pour 2022. Le début des grandes manœuvres du côté de Lyon ? Pas vraiment…

Car si Peter Bosz réclame encore un milieu de terrain et plusieurs attaquants pour renforcer son groupe, l’entraîneur néerlandais va devoir encore patienter. Vu que selon les informations du Progrès, les Gones n’ont aucune piste chaude à valider. Même si Juninho, Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot planchent comme des fous pour satisfaire aux besoins de Bosz, ils se heurtent à la réalité du marché.

Pas d’argent, pas de mercato

Ces derniers jours, Lyon négocie bien avec Xherdan Shaqiri (Liverpool) et Sardar Azmoun (Zénith Saint-Pétersbourg), mais l’accord est difficile à trouver avec les joueurs et les clubs. « Les écarts entre l'offre et la demande, sont importants, et l'OL ne veut pas se précipiter, espérant qu'à l'approche de la clôture du mercato, les terrains d'entente seront moins difficiles à trouver », précise le journal lyonnais. Comme dans le dossier du latéral gauche, c’est donc le manque de moyens qui empêche l’OL de réaliser de jolis coups sur le mercato… Mais peut-être que les choses vont se débloquer quand Lyon arrivera à faire partir certains joueurs indésirables, comme Cornet, Thiago Mendes, Slimani ou Aouar.

Dans tous les cas, recrutement ou pas, la crise est bien présente autour du Groupama Stadium, à deux jours de recevoir Clermont en L1. Puisque ce vendredi matin, un groupe d’ultras a déposé une banderole cinglante au centre d’entraînement des Gones : « Bougez-vous ou cassez-vous ». Un message très clair qui sera sûrement suivi d’effets dimanche si jamais l’OL venait à subir une nouvelle déconvenue contre le voisin auvergnat...