OM : Sampaoli met Longoria dans la panade sur ce dossier

OM : Sampaoli met Longoria dans la panade sur ce dossier

Le départ d'Arkadiusz Milik de l'OM pourrait se mettre en place dès ce samedi, si Jorge Sampaoli continue de se moquer de son buteur face à Strasbourg.

Humilié à Rennes. Arkadiusz Milik n’a pas trouvé grâce aux yeux de Jorge Sampaoli, et est parti s’échauffer pendant une bonne partie du match sans entrer en jeu, alors que l’OM était mené de deux buts, et évoluait sans Dimitri Payet, sa menace offensive numéro 1. Un scénario qui a laissé tout le monde pantois à Marseille, et démontre que l’entraineur olympien n’a pas du tout confiance en son Polonais. De quoi poser de gros doutes sur son avenir, alors que Milik sera définitivement recruté cet été. Résultat, selon La Provence, Pablo Longoria est obligé de recoller les pots cassés derrière son entraineur, en assurant à l’ancien napolitain que son avenir est bien à l’OM. Car l’attaquant apprécie la vie en Provence et les ambitions du club marseillais, mais il n’est pas du genre à se contenter de jouer les utilités dans les matchs secondaires, surtout si le club phocéen va en Ligue des Champions la saison prochaine.

Le Torino est sur le coup

L’hiver dernier déjà, Milil avait songé au départ devant le traitement que lui réservait Jorge Sampaoli. Le président de l’OM avait du calmer les choses, avec succès. L’entraineur argentin étant parti pour rester en place, le Polonais se pose légitimement de nouveau des questions. S’il devait reste sur le banc face à Strasbourg ce samedi, l’avant-centre marseillais envisagerait certainement un départ en cas de belle offre. Pour le moment, seul le Torino ambitionne de le recruter, mais le Toro sera très loin des exigences financières de l’OM, rappelle La Provence. Les prochains jours seront donc délicats concernant l’avenir de Milik. Pablo Longoria va devoir convaincre le joueur révélé à l’Ajax Amsterdam que tout Marseille compte sur lui à l’avenir, alors que son entraîneur lui montre régulièrement que ce n’est pas le cas.