Mancini et l'Italie, il reste !

Mancini et l'Italie, il reste !

Icon Sport

Quelques jours après le naufrage de l'Italie contre la Macédoine du Nord, Roberto Mancini devrait finalement conserver son poste de sélectionneur national. Il va cependant devoir tout changer.

La FIFA a décidé, on se demande bien pourquoi, de faire s’affronter mardi les deux équipes européennes qui sont éliminées depuis quelques jours dans la course au Mondial 2022. Et ce lundi, l’équipe d’Italie a donc pris la direction de la Turquie afin de disputer une rencontre qu’aucune des deux formations n’avait envie de jouer. Même s’il y a forcément une histoire d’argent derrière tout cela puisque les droits TV sont de 3 millions d'euros, dans les deux pays concernés, on avoue que la motivation est totalement nulle avant ce match. De l’autre côté des Alpes, la défaite à l’ultime seconde face à la Macédoine du Nord n’est toujours pas digérée, le choc ayant été brutal et violent pour le récent champion d’Europe, qui se préparait déjà à jouer une finale contre le Portugal dans la quête d’un ticket pour le Qatar. KO debout, et reconnaissant traverser « la pire période de sa carrière », Roberto Mancini avait demandé un peu de temps à la fédération avant de faire savoir s’il était décidé à mener plus loin sa mission de sélectionneur national.

L'Italie doit tout changer, Mancini a les pleins pouvoirs 

Et ce lundi, alors même que personne n’a demandé le limogeage de celui qui a mené la Squadra Azzurra à la victoire lors de l’Euro 2021, il semble bien que le technicien a finalement décidé de relever le challenge que sera la reconstruction d’une équipe d’Italie totalement dévastée. Selon la Gazzetta dello Sport, Roberto Mancini refuse de partir sur « la blague traumatisante de Palerme », le quotidien sportif italien faisant évidemment référence à la défaite de la semaine passée en Sicile. Avant de se décider, le coach des champions d’Europe a cependant obtenu la garantie qu’il pourrait mener à bien l’indispensable révolution qu'il devra mener afin d'éviter que pour la troisième fois consécutive l'Italie rate le Mondial 2026. Le grand ménage va commencer en Italie, certains médias faisant de Marco Verratti le seul pilier indispensable à cette reconstruction.