ASSE : Les « débiles mentaux » de Nice, Dupraz défend ses fans

ASSE : Les « débiles mentaux » de Nice, Dupraz défend ses fans

A la lutte pour son maintien en Ligue 1, l’AS Saint-Etienne va recevoir Reims dans un Stade Geoffroy-Guichard à huis clos samedi. Les supporters des Verts sont sanctionnés pour l’utilisation d’engins pyrotechniques. Une mesure excessive aux yeux de l’entraîneur Pascal Dupraz, qui a cité les fans niçois pour défendre les siens.

L’AS Saint-Etienne n’avait vraiment pas besoin de ça. A deux journées de la fin du championnat, l’actuel barragiste de Ligue 1 va recevoir Reims dans un Stade Geoffroy-Guichard totalement vide. Le club stéphanois avait écopé d’un huis clos suite aux nombreux engins pyrotechniques utilisés pendant le match contre l’AS Monaco (défaite 1-4) le 23 avril dernier. Ces dérapages avaient notamment provoqué une interruption de la partie et la menace d’un arrêt définitif en cas de récidive.

Un scénario déjà aperçu à Saint-Etienne dans la saison, d’où la sévérité de la commission de discipline. Mais pour Pascal Dupraz, l’instance a pris une mesure excessive. Et pour mieux défendre ses supporters, l’entraîneur des Verts a pris l’exemple des fans niçois auteurs du chant insultant envers le défunt Emiliano Sala. « Je le regrette mais selon ma réponse, je vais me faire tirer dessus, a d’abord réagi le technicien. Nous avons besoin ici, plus qu’ailleurs, de nos supporters car ils sont meilleurs qu’ailleurs. Mais pour eux, on peut se lever les miches (sic) ! »

Dupraz s'attaque aux ultras niçois

« Je n’ai pas vu grand monde en danger face à Monaco. Des pétards et fusées ont été allumés, c’était sympa. Mais visiblement c’est interdit et il y a certainement de bonnes raisons qu’on ne les autorise pas. Moi, je préfère ça aux chants débiles mentaux (sic) », a lâché Pascal Dupraz, sans citer les ultras de la Populaire Sud. A priori, ses propos ne devraient pas vexer le Gym qui a déjà sanctionné un des siens. Ce vendredi, le club azuréen a en effet annoncé une interdiction de stade pour le « capo » de la tribune concernée. Nul doute que ce fan ne sera pas le seul « débile » puni.