OL : Tolisso dévoile les secrets de son refus de signer à Naples

OL : Tolisso dévoile les secrets de son refus de signer à Naples

Photo Icon Sport

Au coeur du mercato estival, Corentin Tolisso s'est soudainement retrouvé en haut de l'affiche, puisque Naples, qui se faisait pressant depuis quelques semaines, a offert plus de 30ME à l'Olympique Lyonnais pour son joueur. Mais, alors que le dossier était totalement ficelé, et que Corentin Tolisso était attendu en Italie pour y passer sa visite médicale, l'OL avait annoncé que ce dernier avait décidé de rester au sein de son club formateur et donc de décliner l'offre énorme venue de Naples. Un coup de théâtre assumé par le footballeur lyonnais.

Ce mercredi, dans L'Equipe, Corentin Tolisso est en effet revenu sur cette séquence assez incroyable et dévoile les coulisses de sa décision de dernière minute. « Quels souvenirs je garde du 27 juillet lorsque j’ai refusé de signer à Naples ? C'était une journée très, très compliquée. Le matin, je suis venu à l'entraînement sans savoir ce que j'allais faire. Je suis rentré chez moi vers 14 heures et j'ai appelé mes parents, mes conseillers et mon président pour leur faire part de ma décision de rester à l'OL. J'ai senti que le président était vraiment très content que je reste. L'après-midi, quand je suis revenu à l'entraînement, j'ai demandé à voir le coach pour lui annoncer mon choix, explique Corentin Tolisso, avant d’évoquer ce qui l’avait poussé à finalement refuser de rejoindre Naples, malgré cette proposition énorme…et clairement trop énorme. Pendant deux ou trois jours, je n'ai pensé qu'à ça. J'en parlais beaucoup avec ma famille. Je m'entraînais, je me réveillais et je me couchais avec ça dans la tête. Il n'y avait que ça en moi. Je ne m'attendais pas à ce que Naples, un grand club que je respecte énormément, propose autant d'argent. On est parti d'une offre de 16 M pour arriver à 30 M plus des bonus. C'est flatteur. Mais c'est une somme que pouvait recevoir l'OL, que Naples allait devoir débourser. Derrière, je n'aurais plus été vu de la même façon. On m'aurait vu comme un joueur qui vaut 30 M et ça m'aurait mis une certaine forme de pression. Au moment où je prends ma décision, c'est une libération. Les nombreuses questions que je me pose sur mon avenir sont évacuées et ça me permet de me reconcentrer pleinement sur l'OL. »