OL : Toko-Ekambi a viré « Poteau Ekambi » de Lyon

OL : Toko-Ekambi a viré « Poteau Ekambi » de Lyon

Icon Sport

Karl Toko-Ekambi a pris une dimension toute particulière depuis l’intronisation de Peter Bosz. L’attaquant camerounais s’attire toutes les louanges à l’OL.

Surnommé « Poteau Ekambi » par les supporters de l’OL à cause de son tir sur le montant de Manuel Neuer en demi-finale de Ligue des champions, Karl Toko Ekambi a largement inversé la tendance. Peter Bosz l’adore. « Quand tu dis quelque chose, il le comprend tout de suite et l’applique sur le terrain », se réjouit l’entraîneur néerlandais dans des propos recueillis par Le Parisien. Titularisé 14 fois en 16 rencontres cette saison, l’attaquant camerounais est le meilleur buteur de l’OL avec 10 réalisations. Entré en cours de jeu contre le Sparta Prague jeudi soir (3-0), il a encore marqué. Avec 6 buts, il est le meilleur buteur de l’Europa League. Et n’oublions pas qu’il y a aussi délivré deux passes décisives. Karl Toko-Ekambi surfe sur une vague de confiance. Il a marqué 6 buts sur les 5 derniers matchs. Le joueur recruté à Villarreal en juillet 2020 est peut-être dans la forme de sa vie.

« Un attaquant complet, plein de vitesse et de percussion »

Christophe Taine, son entraîneur au Paris FC en National en 2013-2014, a avoué au quotidien francilien ne pas être étonné. « Il a cette faculté à pouvoir éliminer rapidement les choses négatives. Quand je suis arrivé, le club ne voulait pas le garder. Au bout d’une semaine d’entraînement, je me suis vite aperçu que c’était un attaquant complet, plein de vitesse et de percussion, capable de jouer dans l’axe comme sur un côté. J’ai fait un deal avec lui en lui pariant qu’il signerait en Ligue 2 s’il mettait 15 buts avec nous. Il en a inscrit 14 et il a été engagé par Sochaux », a raconté le coach. Anthony Lopes souligne lui sa « grosse force mentale ». Entre humilité, esprit collectif et force de travail, Karl Toko-Ekambi fait désormais l’unanimité à Lyon. Son départ pour la CAN dans son pays en janvier risque de se ressentir à l’OL.