OL-OM : La sortie folle d'Aulas, Daniel Riolo a peur

OL-OM : La sortie folle d'Aulas, Daniel Riolo a peur

Icon Sport

C’est ce mercredi que la commission de discipline aura la lourde tache de se pencher sur les incidents du match entre l’OL et l’OM. Le président Aulas est bouillant.

Le jet d’une bouteille d’eau depuis les tribunes sur la tête de Dimitri Payet avait provoqué l’arrêt définitif de la rencontre, et désormais, se pose la question des sanctions administratives et sportives à l’encontre de l'Olympique Lyonnais. Les fuites dans la presse se multiplient au sujet des rapports des arbitres, des dirigeants et des plaidoiries de chaque camp. Chacun défend sa paroisse, et les arguments sont parfois peu glorieux pour enfoncer l’autre, et fair pencher les avis de la commission de discipline. Voyant l’OM demander le gain du match par pénalité, Jean-Michel Aulas a décidé de contre-attaquer sur les réseaux sociaux. Il a tout d’abord déploré l’attitude des dirigeants marseillais, évoquant comme toujours l’acte isolé qui ne peut pas être imputé à tout un club. Mais le président de l’OL est allé encore plus loin, voire peut-être trop loin. 

Un match arrêté à tort pour Aulas

Dans un message sur Twitter, il a tenté d'être force de proposition dans de tels cas de figure, notamment pour éviter que l'équipe visiteuse soit pénalisée. Jean-Michel Aulas a suggéré que le joueur « potentiellement » blessé par un projectile pourrait ainsi être remplacé gratuitement, sans que cela coûte un changement à l’équipe de la victime, laissant même entendre que cela pourrait « inciter le blessé à reprendre ». De là à dire que Dimitri Payet aurait pu reprendre la rencontre mais n’a pas voulu pour faire perdre le match par pénalité à l’OL, il y a un petit pas que le président lyonnais ne franchit - heureusement - pas.

Mais dans ses arguments devant la commission de discipline ce mercredi soir, l’OL insistera toutefois bien sur le fait que l’OM et Payet ont refusé à deux reprises de voir un médecin indépendant proposé par les autorités locales, y compris quand il s’est agi de prendre sa plainte déposée contre l’agresseur. Des accusations et des sous-entendus qui se multiplient en tout cas à l’approche de cette fameuse de réunion de mercredi, où les échanges risquent d’être impitoyables. Pas de quoi ravir les observateurs et notamment un Daniel Riolo qui n'a pas manqué de rappeler que Jean-Michel Aulas partait, à son goût, vraiment en vrille sur ce dossier.