OM : Milik et Sampaoli, gros orage à Marseille !

OM : Milik et Sampaoli, gros orage à Marseille !

Icon Sport

L'Olympique de Marseille a perdu le match qu'il ne fallait pas perdre samedi soir à Rennes. Et la tension entre l'entraîneur phocéen et Arkadiusz Milik est grandissante avant le dernier rendez-vous décisif de la saison.

Les joueurs de l’OM avaient une première balle de match en déplacement en Bretagne, et c’est peu dire que Steve Mandanda et ses coéquipiers marseillais l’ont ratée. Dominé durant l’ensemble de la rencontre, les joueurs marseillais se sont logiquement inclinés et l’effet au classement est radical puisque le club de Frank McCourt a été dépassé par Monaco. Une grosse déception, que l’Olympique de Marseille va devoir tenter de corriger samedi prochain à l’occasion de la réception de Strasbourg au Vélodrome. Un match pour lequel on ne sait pas si Jorge Sampaoli comptera, ou pas, sur Arkadiusz Milik. Car la relation entre l’entraîneur de l’OM et le buteur polonais est désormais tendue à l’extrême, et cela s’est vu au Roazhon Park, l’ancien attaquant de Naples étant à la limite de l’humiliation. Pablo Longoria, qui ne veut pas se mêler du sportif, connaît l’importance du dernier match de la saison, et le patron espagnol de Marseille pourrait avoir son mot à dire.

Milik et Sampaoli, relation impossible à Marseille ?

En l’absence de Dimitri Payet, et face aux difficultés offensives contre Rennes, Sampaoli n’ayant pas aligné un véritable avant-centre dans son onze de départ, l’entrée en jeu d’Arkadiusz Milik était très attendue. Envoyé à l’échauffement dès la première période, l’attaquant polonais s’est longuement préparé à entrer en jeu et cela n’est jamais arrivé et dans La Provence, on commence à sérieusement s’agacer du comportement humiliant de Sampaoli à l’encontre de Milik. « Las de courir dans le vide, le Polo­nais a vainement cherché à accrocher le regard d'Ef Pelado, comme s'il guet­tait un signe pour entrer enfin dans l'arène et essayer de donner du peps à une attaque patraque.  Celui-ci n'est pas venu et Milik, après s'être entretenu avec l'adjoint Jorge Desio, a demandé à cesser son échauffement pour regagner le banc (...) Sans son artificier, réduit à camper les ra­masseurs de balle à destination de ses partenaires pour jouer vite des remises en jeu, l'OM a continué de patauger dans le bourbier breton, sans jamais ca­drer le moindre tir en 90 minutes (...) Peut-être Sampaoli cessera-t-il de s'entêter sa­medi prochain contre Strasbourg. Peut-être Milik aura-t-il enfin le droit de faire autre chose que s'échauffer », balance Fabrice Lamperti, qui sait qu’il reste 90 minutes à Jorge Sampaoli pour éviter que la saison de Marseille tourne à la catastrophe.